Publié par : quebecsocialiste | 23 avril 2013

Boston et la valeur de la vie humaine

Par Gabriel Proulx,
Coporte-parole du Parti communiste du Québec (PCQ)

Le monde entier est maintenant au courant de la tragédie causée par deux bombes lors du marathon de Boston, lundi le 15 avril dernier. Les médias en ont abondamment parlé et nous croyons, au PCQ, qu’il est important de faire le point sur certains principes fondamentaux en lien avec la couverture médiatique de ce triste événement.

Tout d’abord, au nom du comité central du Parti communiste du Québec (PCQ), je souhaiterais faire part de nos condoléances aux familles des trois victimes, dont un enfant de 8 ans…

Maintenant, bien que nous éprouvions de la tristesse pour toute perte humaine de nature violente, ce qui devrait être normal pour tout bon humaniste, on ne pourrait faire autrement que de trouver également bizarre la réaction des grands médias. Comment ne pas penser, après visionnement de ce triste spectacle, que pour les grands médias occidentaux, la vie humaine n’a pas la même valeur partout ?

55 personnes, tous des civils, meurent dans un attentat en Irak, le même jour. Cet événement d’une extrême violence n’a eu droit qu’à une note de bas de page dans les médias occidentaux. Toujours le même lundi, 15 avril 2013, un attentat a eu lieu en Syrie, où 15 civils ont trouvé la mort. Cette fois-ci, pas la moindre mention dans les médias occidentaux. Il faut dire que pendant que l’empire clame qu’il est attaqué, il serait mal vu, dans les grands médias qui lui sont soumis, de se soucier des victimes civiles causées par les terroristes financés par le même empire.

Après les deux explosions à Boston, un véritable cirque médiatique s’est installé en Occident. On aurait cru assister à une sorte de compétition pour trouver qui allait se lamenter le plus fort pour l’empire, qui allait pousser le discours le plus cliché, ou qui allait affirmer le plus souvent « ce n’est pas comme ça qu’on fait avancer sa cause ».

Parlant de « cause », il est important de souligner que cela fait plus d’une semaine que ces attentats ont eu lieu et toujours pas le moindre signe d’une cause revendiquée, que ce soit par les deux suspects, les frères Tsarnaev, ou par une quelconque organisation terroriste qui les aurait hypothétiquement soutenu dans leurs actions. Pourquoi continuer de parler de « cause des terroristes », si aucune cause n’a encore été amenée sur la table à ce jour ? Le besoin de sensationnalisme, sans aucun doute. C’est une autre preuve de l’état de décrépitude avancé des grands médias capitalistes, qui favorisent la quantité plutôt que la qualité, dans leur traitement de « l’information ». Pour autant que l’on sache, cela ne pourrait être que l’œuvre sadique de deux individus voulant semer le chaos, par trouble psychologique.

Aussi, nous nous sommes fait inonder par cette morale selon laquelle « pousser une cause avec la violence, c’est mal ». Le PCQ est parfaitement d’accord avec cette affirmation, en ce jeune 21e siècle. Le problème avec la « presse libre » capitaliste autoproclamée, ici, c’est l’extraordinaire hypocrisie démontrée par son usage intensif de cette morale. Ainsi, l’invasion de l’Irak (principal acte responsable des violences actuelles dans ce pays), la guerre de Libye, l’agression coloniale de la Côte d’Ivoire, les charniers oubliés de Colombie et le financement d’organisations terroristes pour renverser le gouvernement en Syrie, tout cela n’aurait rien à voir avec « faire avancer sa cause par la violence », c’est bien ça ?

Encore une fois, le message de propagande diffusé par les grands médias capitalistes à la suite des événements de Boston est incroyable par son niveau de cynisme : « faire la guerre à des nations étrangères qui ne nous ont rien fait, ce n’est pas violent et en plus, les morts en Occident, surtout aux États-Unis, ont plus de valeur que les morts à Bagdad ou à Damas ».

Il faut toujours observer les grands médias avec un regard critique. Vous vous apercevrez assez vite qu’ils cherchent à instaurer un climat de paranoïa fondé sur des cas isolés et des hypothèses sans fondements. Aux États-Unis, certains médias sont allés jusqu’à appeler la population à faire du profilage ethnique et religieux. Tout cela n’est propice qu’au renforcement de l’état policier. Cela n’a rien à voir avec du journalisme honnête. C’est de la propagande, de la récupération politique de bas étages.

Les représentants des grands médias capitalistes diraient que ce texte manque de compassion envers les familles des victimes, ou qu’il transpire « l’antiaméricanisme primaire » ou « le support au terrorisme ». Pourtant, nous n’avons manqué de respect envers les victimes à aucun moment, nous n’avons jamais fait preuve de racisme envers le peuple des États-Unis et nous condamnons le terrorisme sous toutes ses formes. Ce sont réellement les grands médias de la « presse libre » autoproclamée, qui manquent profondément de respect envers les victimes de la cause impérialiste, poussée par une violence inouïe, violence terroriste qui est applaudie par les grands médias capitalistes lorsque cela fait l’affaire de leurs maîtres.

Honte à ces démagogues, qui ne peuvent reconnaître que la vie humaine possède la même valeur partout.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :