Publié par : quebecsocialiste | 24 février 2013

Notre devoir, c’est de dénoncer aussi bien l’impérialisme que ses mercenaires intégristes religieux

mercenaires et terroristes islamistes syriens et étrangers en Syrie

Par Gabriel Proulx,
Coporte-parole du Parti communiste du Québec (PCQ)

Une certaine gauche bien pensante a critiqué dernièrement les positions des partis communistes, à travers le monde, qui comme nous, dénonçaient l’intervention colonialiste de l’armée française au Mali.

Ces gens semblent croire qu’en condamnant ce qui est visiblement une opération de sécurisation de ressources naturelles stratégiques pour les multinationales françaises (comme l’uranium), nous nous retrouverions associés aux terroristes islamistes. Ce jugement est faux et tient de la mauvaise fois.

Voici un petit historique des relations entre les communistes et les terroristes islamistes, mercenaires de l’impérialisme occidental, tantôt appelés « combattants de la liberté », tantôt « ennemis à abattre par tout les moyens », selon les besoins de la propagande du jour, mais qui d’aucune manière ne sauraient être associés à la lutte pour le progrès social :

Parlons en premier lieu d’Al-Qaïda elle-même.  À la base, il s’agit d’une création de la CIA étasunienne pour combattre ses ennemis dans le monde arabo-musulman. Les États-Unis, à travers la CIA, ont donné au moins 3 milliards de dollars au riche saoudien Oussama Ben Laden, au début des années ’80, pour former ses mercenaires d’Al-Qaïda à tuer des Russes et des laïcs en Afghanistan.

Rappelons que le gouvernement socialiste d’Afghanistan, à l’époque, avait instauré l’égalité hommes-femmes et la séparation entre la religion et l’État, entre autres mesures progressistes. Étant toujours obsédés par l’idée d’infliger aux soviétiques « leur Vietnam », les stratèges de la CIA avaient décidé de financer, d’armer, et d’encadrer la rébellion islamiste contre les progrès en Afghanistan.

À cette époque, l’opération de la CIA en Afghanistan faisait d’une pierre deux coups : elle faisait perdre une fortune à l’URSS en la forçant sur le chemin de l’occupation prolongée de l’Afghanistan pour protéger son régime allié, d’une part, tout en donnant en même temps un prétexte aux puissants Frères Musulmans d’Égypte pour s’attaquer à toutes sortes de cibles laïque ou de gauche à travers le monde arabo-musulman, sans se soucier un seul instant de leurs « frères » palestiniens opprimés, pourtant sous leur nez, dans l’État voisin, l’apartheid sioniste.

Ces manœuvres ont toujours été réalisées en tandem avec le « plus grand allié de Washington au Moyen-Orient », si on fait abstraction d’Israel, soit l’Arabie Saoudite, une monarchie absolue, un régime moyenâgeux opposé à toute trace de démocratie ou de liberté religieuse dans la région. C’est en Arabie Saoudite qu’est pratiquée la forme la plus réactionnaire et obscurantiste de l’islam : le wahhabisme. L’Arabie Saoudite a depuis été rejointe par une petite monarchie wahhabite voisine, le Qatar, dans l’appui financier massif au terrorisme islamiste pour avancer leurs agendas économiques et politiques criminels.

Nous avons tous pu constater, plus récemment, comment les forces de l’OTAN se servent toujours de ses liens avec le terrorisme islamiste pour atteindre ses buts impérialistes :

Il y a deux ans de cela, débutait la « révolution libyenne », en fait une opération de grande envergure de l’OTAN pour se débarrasser du gouvernement de Mouammar Khadafi, devenu source de problèmes en Afrique. Les puissances de l’OTAN, en alliance avec les monarchies wahhabites du Golfe, ont envoyé des milliers de mercenaires armés semer le chaos en Libye, en partant du fief islamiste de Benghazi, grande ville de l’est de la Libye.

L’OTAN a dans les faits armé des forces liées à Al-Qaïda pour prendre le contrôle du pays, larguant des bombes incendiaires contre l’armée libyenne qui lui barrait la route. La Libye, autrefois la nation la plus prospère d’Afrique, avec un indice de développement humain (IDH) comparable celui de l’occident, est aujourd’hui un pays misérable, gracieuseté de la civilisation barbare occidentale et de ses alliés des monarchies totalitaires du Golfe.

terroristes islamistes au Mali, qui étaient alliés à la France et à l’OTAN en Libye

L’hypocrisie française :

La France se bat aujourd’hui contre des islamistes armés des mêmes armes larguées par elle-même, durant l’été 2011, aux terroristes d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), pour les aider dans leur attaque de la capitale libyenne, Tripoli, par le sud-ouest. L’OTAN a récompensé le chef d’Al-Qaïda en Libye, Abdelhakim Belhadj, en le nommant gouverneur militaire de la région de Tripoli. Ce même individu, réputé pour ses activités terroristes internationales, a depuis ce temps servi en tant que commandant de l’autoproclamée « Armée Syrienne Libre » (ASL), l’armée des contras mercenaires de l’OTAN et du Qatar en Syrie.

L’Occident supporte également, avec l’argent de nos taxes, les terroristes islamistes des mouvances salafistes et wahhabites en Syrie (qui font exploser des voitures dans des quartiers civils de Damas aux heures de pointe). Les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et le Canada, entres autres États impérialistes occidentaux impliqué en Syrie, envoient de l’argent et des armes à leurs mercenaires islamistes pour déstabiliser les gouvernements qui ne leur plaisent pas. En faisant ainsi, les stratèges occidentaux ont marqué une cible de djihad pour les islamistes qui participaient précédemment aux troubles au Yémen ou en Somalie, par exemple.

Au Mali, la France et ses défenseurs parlent de « protéger les peuples contre la menace du terrorisme islamiste mondial » pour tenter de justifier son intervention armée unilatérale, en violation totale du droit international. Une certaine gauche voit dans la dénonciation de cette intervention illégale, une défense du terrorisme islamiste.

Ce serait oublier que la France a elle-même armé exactement ces mêmes terroristes en Libye, quand ils lui servaient de « combattants de la liberté » dans ce pays aujourd’hui dévasté et asservi aux multinationales occidentales. Ce serait oublier que les politiques colonialistes de la France en « françafrique » contribuent à appauvrir les peuples et à garder solidement en place des dictatures criminelles. Ce serait enfin oublier que le colonialisme occidental fonctionne main dans la main avec le terrorisme islamiste, pour avancer son agenda rétrograde dans le monde arabo-musulman.

Suite à cette agression armée, qui aurait fait des dizaines de victimes civiles sous les bombes de la France au Nord du Mali, sans parler des exactions commises par l’armée malienne défendue par l’armée française, certaines rumeurs circulent, voulant que l’Algérie soit la prochaine sur la liste du « printemps arabe » fabriqué en Occident et au Qatar. Le ministre des affaires étrangères du royaume du Qatar aurait lui-même proféré de telles menaces à son homologue algérien, en raison du refus par le gouvernement algérien de couper ses relations diplomatiques avec la Syrie, comme l’exigent les monarchies arabes, dont le Qatar.

Si les islamistes, qu’ils soient d’Al-Qaïda, des monarchies arabes ou des Frères musulmans, sont une menace pour les peuples du monde arabo-musulman, leur unique utilité en occident est de faire peur aux populations pour que nous acceptions sans réagir, la montagne de lois liberticides, voir fascistes, que « nos » gouvernements essayent de nous imposer depuis maintenant plus de dix ans.

Affirmer le contraire, c’est insulter l’intelligence de ses interlocuteurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :