Publié par : quebecsocialiste | 28 novembre 2012

La population québécoise doit montrer son support au ministre Daniel Breton

Depuis qu’il été nommé ministre de l’environnement du gouvernement Marois, à l’issue du scrutin du 4 septembre dernier, l’ex-militant écologiste Daniel Breton est devenu la cible préférée non seulement de l’opposition libérale-caquiste, mais également de toute la presse bourgeoise. Son crime odieux ? Avoir le culot de se pointer à son poste de ministre québécois et se tenir debout devant des intérêts privés hostiles au peuple québécois et aux générations futures qui n’ont pas encore le droit de vote. Le gouvernement Marois a beau nous présenter un pénible spectacle de mollesse absolue au fur et à mesure que le temps passe, sur une multitude de dossiers allant du budget jusqu’au « scandale de la fleur-de-lys sur le coquelicot du 11 novembre » inventé à 100% par une opposition libérale et conservatrice qui joue à la police des mœurs, il reste que le ministre Breton fait du bon travail de défense des intérêts premiers du Québec et qu’il doit être défendu sur la place publique.

Une critique qui revient beaucoup, même dans les rangs péquistes, ou du moins, la partie plus à droite (là où ça devient vraiment mou par peur de faire peur), c’est le « style trop agressif » de Daniel Breton, cet « ex-militant qui doit apprendre à faire de la politique calmement » (lire : comme les bons vieux politiciens capitalistes qui passent leur temps à nous mentir poliment en pleine face). En fait, le véritable problème des libéraux corrompus, de la bourgeoisie, de leurs larbins et des peureux du Québec, c’est qu’ils ont maintenant devant eux un ministre qui se tient debout pour les intérêts du peuple, contre les grands intérêts privés s’il le faut. Il faut dire que ça faisait longtemps qu’on avait vu ça, au Québec, un homme qui se tient debout pour ses idéaux et qui se rend quand même jusqu’au poste de ministre…

Après tout, au Canada anglais, surtout à Ottawa, sous le gouvernement fédéral conservateur au pouvoir depuis 2006, ce sont les lobbyistes des compagnies pétrolières qui se retrouvent habituellement ministres de l’environnement. Ils sont là pour représenter les intérêts mercantiles de leurs clients et patrons, qui ont payé cher au préalable, en dons et en corruption, pour les installer là, afin que la volonté de la population ne puisse pas déranger leurs projets de destruction de l’environnement au nom de la recherche de profits massifs à court terme. C’est cela, la « vieille politique » qu’il faut combattre. Rien à voir avec ce qui est dénoncé dans les annonces démagogues de la CAQ pour attirer du financement facile…

Daniel Breton est-il « trop agressif » pour son poste de ministre ? Autant dire que le citoyen moyen serait « inférieur » aux politiciens professionnels issus de l’aristocratie moderne capitaliste ! Non, son style est parfait. C’est en mettant ses poings sur la table qu’on établie un rapport de force crédible avec des intérêts étrangers venus exploiter nos ressources naturelles, ou qui croient pouvoir faire passer leur pétrole sale dans de vieux pipelines dangereux sur notre territoire, sans nous demander notre avis. Dans le cas des minières, c’est un comble de devoir encore le répéter en 2012, mais les ressources exploitées par ces grandes compagnies ne partiront pas si ces dernières décidaient de plier bagages. Il y a tout un tas d’autres compagnies qui attendent leur tour pour venir extraire des minéraux et les revendre, sans parler de l’hypothèse souhaitable que tout cela soit un jour administré par l’État, ce qui règlerait d’un coup le débat sur les redevances.

Non, Daniel Breton n’est pas « trop agressif » pour être ministre. C’est le gouvernement péquiste actuel qui est beaucoup trop mou ! Trop mou pour défendre les intérêts du peuple québécois avec une quelconque créativité. Trop mou pour défier une opposition qui, bien qu’étant majoritaire, n’est aucunement en position pour se lancer dans une campagne électorale victorieuse. Trop mou pour dire non aux fameux « créancier de New York », cette bande de requins financiers qui ont délibérément plongé l’Occident au grand complet en État de crise économique permanente, avant d’utiliser leurs agences de cotations bidons pour exercer un chantage abusif et vulgaire pour que les États sous leur contrôle sabrent les programmes sociaux et écrasent les volontés populaires de leurs peuples dans le but de rembourser des dettes virtuelles, créées par les banquiers qui réclament aujourd’hui de nous serrer la ceinture jusqu’à l’asphyxie ! Ce gouvernement est même trop mou pour défendre ses propres idéaux souverainistes en public…

La population québécoise n’a pas seulement besoin de Daniel Breton, elle aurait en fait besoin au plus vite d’un gouvernement entier d’hommes et de femmes comme Daniel Breton, qui ont le courage politique élémentaire de se tenir debout pour les intérêts des générations futures !

-Gabriel Proulx

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :