Publié par : quebecsocialiste | 13 septembre 2011

Le 11 septembre 1973 et d’autres cas de terrorisme supporté par les USA

(Le coup d’état du 11 septembre 1973, au Chili)

Alors que la totalité des grands médias et la presque totalité de la classe politique occidentale commémoraient dans l’excès et le vulgaire le 10e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center, en nous répétant, jusqu’à nous l’enfoncer dans la gorge, que « nous n’oublierons jamais », dans une unanimité digne d’un État totalitaire, ces mêmes hypocrites ont complètement oublié le 11 septembre 1973, date du coup d’état militaire orchestré par la CIA au Chili, qui vit la mort de la justice et de la démocratie au Chili, représentées par le président socialiste et démocrate Salvador Allende, mort ce jour là dans les ruines fumantes de la MONEDA, le parlement de la démocratie chilienne. L’homme soutenu par Washington et installé au pouvoir par la CIA, le général Augusto Pinochet, inaugura alors une ère de terreur fasciste au Chili, devenu une dictature abominable qui fit d’innombrables victimes jusqu’à la chute de ce régime, en 1990. C’était il y a 38 ans, un certain 11 septembre 1973…

La dictature Pinochet, c’est plus de 7000 morts et disparus, près de 40 000 torturés, plus de 150 000 personnes ont été emprisonnées pour leur opposition politique au gouvernement fasciste de Pinochet et des centaines de milliers de chiliens et de chiliennes ont été contraints à s’exiler loin de leur pays d’origine, par peur du terrorisme étatique de Pinochet, aidé dans ses basses besognes par la CIA et le gouvernement des États-Unis. Il aurait été bien que pour une fois, une seule, les hypocrites grands médias bourgeois et les politiciens occidentaux s’en souviennent. Pour les autres pourtant, cela semble assez simple : nous n’oublieront jamais…

Nous, les gens qui connaissent bien notre histoire, nous n’oublieront jamais, aussi, les pires attentats terroristes de l’histoire de l’Humanité. Non, contrairement à ce que les pleureuses professionnelles des grands médias nous prêchent depuis une semaine, ce ne sont pas les attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center à New York (attentat perpétré, selon la version officielle, par des militants d’Al-Quaëda, une organisation terroriste créée et financée par la CIA pendant les années 1980 pour tuer des russes et des communistes). Nous parlons ici des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, au Japon, crimes innommables perpétrés par les États-Unis les 6 et 9 août 1945, à la toute fin de la 2e Guerre Mondiale. Pour ces attentats-là, on peut dire que les USA ont la mémoire assez courte…

Il y a aussi l’Iran qui, croyez-le ou non, était une démocratie en 1953. Cette démocratie, les services secrets britanniques et étasuniens l’ont volé au peuple iranien cette année là, parce que le premier ministre démocratiquement élu d’Iran, Mossadegh, était un peu trop à gauche à leur goût et avait nationalisé l’industrie pétrolière du pays pour pouvoir mieux subvenir aux besoins de la population de son pays. Les occidentaux l’ont donc renversé et ont préféré installer le Shah comme monarque absolu d’Iran. Le règne du Shah, qui dura de 1953 jusqu’à son renversement par la pression populaire en 1979, fit environ un million de victimes en Iran. Nous n’oublieront jamais…

Il y a également le Nicaragua que nous ne devons jamais oublier. Après la révolution sandiniste victorieuse contre la vieille dictature de la famille Somoza, en 1980, les États-Unis de Ronald Reagan ont financé les terroristes « Contras » nostalgiques des Somoza, qui ont fait endurer des « 9/11 » quotidiennement au peuple nicaraguayen, malgré qu’il ait prouvé la légitimité de sa révolution en élisant démocratiquement les révolutionnaires sandinistes en 1984. Les USA sont allés jusqu’à miner les ports du Nicaragua pour empêcher ce petit pays pauvre de faire du commerce.

Enfin, il y a Cuba, qui est inscrite à chaque année sur la liste étasunienne des « États supportant le terrorisme » comme punition pour ses politiques dissidentes, alors que Cuba n’a jamais supporté le moindre acte de terrorisme depuis le jour un de la révolution socialiste. En fait, cette attitude de Cuba est logique, puisque depuis sa révolution, Cuba a été victime de centaines d’attentats terroristes supportés par Washington, qui a déclaré hypocritement « la guerre contre le terrorisme » au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, alors que ce même pays n’a jamais cessé d’entretenir à Miami, en Floride, un véritable refuge pour les terroristes contre-révolutionnaires latino-américains.

Le 11 septembre dernier, le premier ministre du Canada, Stephen Harper, son ministre des affaires étrangère, John Baird et le gouverneur général du Canada, David Johnston, ont répété toute la journée que le Canada « supportera toujours les États-Unis dans la guerre contre le terrorisme ». Ce serait qu’un jour, ces politiciens d’extrême droite aient la gentillesse de nous expliquer pourquoi, dans le cadre de leur « guerre contre le terrorisme », ils ont aidé Al-Quaëda à prendre le pouvoir militairement à Tripoli, la capitale de la Libye. Il faudrait également qu’ils profitent d’une telle occasion pour nous expliquer le lien entre « nos valeurs démocratiques » et la récente déclaration de Moustapha Abdeljalil, chef du « Conseil National de Transition » qui était réputé pour être « cruel et corrompu » lorsqu’il occupait un poste de ministre dans le gouvernement de Mouammar Kadhafi. Donc, à l’occasion de son premier discours en tant que pantin placé à la tête de la Libye, Moustapha Abdeljalil avait ceci à dire sur les futurs changements politiques que lui et le CNT veulent apporter à la Libye : « l’islam sera la principale source de législation ». Comme le peuple libyen, et surtout les libyennes, doivent être reconnaissantes pour ces beaux changements « démocratiques » apportés à coup de bombes « humanitaires » par l’Occident « en guerre contre le terrorisme »…

Oui, pour ceux qui connaissent leur histoire, il y en a beaucoup, des évènements que nous ne devons jamais oublier. C’est surtout vrai quand on voit les politiciens occidentaux et la « presse libre » autoproclamée formant la médiacratie, avoir une mémoire aussi sélective.

Pour finir, il est important de souligner que tout ce qui a été abordé dans ce texte non exhaustif de rappel des horreurs du terrorisme perpétré ou supporté par le gouvernement des États-Unis, vous n’en entendrez probablement jamais parler dans les grands médias, à moins d’un changement radical de leur éthique de travail. Déjà qu’un certain voyou qui a sa tribune partout dans les médias, soit Éric Duhaime, a déjà affirmé publiquement, sur le site de canoë, qui est une propriété de Quebecor, qu’il admire le « modèle économique du Chili de Pinochet », qui aurait été impossible à mettre en œuvre sans une répression fasciste massive contre le peuple, on réalise qu’il y a encore beaucoup de travail à faire avant que nos grands médias ne puissent mériter leur statut de « presse libre ».

-Gabriel Proulx

Publicités

Responses

  1. […] des bâtiments. C’était en 1973. C’était au Chili. Le coup d’état militaire, financé par la CIA, allait ouvrir les portes à l’une des dictatures les plus sanglantes qu’ait connue le […]

  2. […] Mais pour les très impérialistes Etats-Unis, le verdict de la démocratie n’a guère de valeur. Les familiers de l’Amérique latine s’en souviennent qui ont vu les démocraties valser au fil des chapitres sanglants du Plan Condor. Les unes après les autres, elles ont été remplacées par des dictatures avec le soutien, quand ce n’est pas à l’initiative, des Etats-Unis. Nous nous souvenons évidemment de ce 11 septembre 1973 et du coup d’état de Pinochet. Il y en a eu d’autres aussi, notamment au Nicaragua. […]


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :