Publié par : quebecsocialiste | 22 juin 2011

Sur la situation chez Postes Canada

Dans la vie, il y a des situations où certains n’ont tout simplement pas le choix. Les travailleuses et travailleurs de Postes Canada, eux, n’ont pas eu le droit de choisir. Leur employeur, Postes Canada, une entreprise étatique arrogante possédant un vaste monopole et par conséquent, un grand pouvoir, ne leur a pas laissé le choix. Pour les travailleurs de Postes Canada, c’était soit la grève, soit un retour à des conditions de travail des années 1950. Le «choix», dans de telles circonstances, ne se pose même pas.

Les travailleurs des postes, les facteurs, qui ne voulaient en aucun cas «prendre la population en otage» (une expression bourgeoise, retransmise par les grands médias dans un effort de propagande visant à enlever leur légitimité à tout travailleurs en conflit de travail avec l’employeur), ont refusé de recourir à la grève générale, malgré que Postes Canada, leur employeur, ait tout fait pour les pousser vers cette voie, avec les conséquences que cela entrainerait. Finalement, Postes Canada, devant la résistance des travailleurs syndiqués à ses magouilles pour les pousser vers la grève générale, a tout simplement fini par étendre cartes sur table et a déclaré le lock-out, soit la suspension sans salaires pour ses 48 000 employés à travers le Canada, qui ont été obligés à un arrêt de travail complet, ce qui était tout à fait contraire à leur stratégie de négociation, il faut le rappeler.

Voilà maintenant que le gouvernement conservateur majoritaire, à travers sa servile ministre du «travail», Lisa Raitt, se prépare à faire adopter, automatiquement puisque majoritaire pour quatre ans, une loi spéciale qui va punir les travailleuses et les travailleurs des postes… parce que leur employeur, une société d’état, les a mis en lock-out ! Il serait difficile d’imaginer un projet de loi, dans le secteur du travail, qui soit plus réactionnaire, plus autoritaire, plus près du fascisme, que ce que les conservateurs se préparent à faire adopter à Ottawa, avec limitation forcée des débats sous le bâillon, comme cerise sur le parfait ! Forcer les travailleurs à retourner au travail, presque comme des criminels, en leur imposant des salaires et des conditions de travail plus bas encore que ce que l’employeur, Postes Canada, seul fautif dans cette affaire, proposait à ses travailleurs dans sa dernière offre, cela n’a absolument rien à voir avec une gestion démocratique d’un pays. De plus, comme si cela ne suffisait pas, les conservateurs projettent de faire adopter leur répugnant projet de loi anti-travailleurs le jour de la fête nationale du Québec, un manque de respect total pour la nation québécoise et les députés originaires de notre nation. Chers québécois et québécoises, mais chers canadiens et canadiennes aussi : préparez vous à vous indigner et à résister, parce que des coups bas antidémocratiques comme celui-là, les conservateurs vont nous en servir à la tonne pendant 4 longues années !

Il revient maintenant au Québec de sortir de sa torpeur cynique et de déclarer son indépendance de cet état canadien qui a déjà commencé à gouverner par autoritarisme. Aujourd’hui, ce sont nos honnêtes facteurs, demain, ce sera notre culture, notre langue et notre liberté d’expression qui en prendront pour leur rhume !

Tout cela, il faut le rappeler, est fait sous le couvert frauduleux de la «protection de l’économie», devenu au Canada (et un peu partout en Occident) un prétexte fourre-tout pour faire du chantage politique contre l’opposition, du chantage émotif de bas étages retransmis sans poser de questions par les grands médias complices. C’est cela que l’on devrait appeler «prendre la population en otage».

Postes Canada, pour essayer de convaincre, joue aux victimes en prétendant qu’il y a «réduction» du volume de courrier et donc, «réduction» de leurs profits. S’il est effectivement vrai que le volume de lettres a grandement diminué au cours des dernières années, à cause d’Internet par exemple, il en est tout autrement du volume de colis et autres objets, qui a fortement augmenté à cause, là aussi, d’Internet, puisque la population peut aujourd’hui commander à peu près ce qu’elle veut en ligne, de partout sur la planète. Ces colis commandés par Internet, plus lourds que du courrier ordinaire, ils n’arrivent pas par magie devant notre porte, contrairement à ce que les porte-parole de Postes Canada laissent entendre, en se bornant à justifier par «la diminution du volume de courrier», les nouvelles méthodes de travail qu’ils tentent d’imposer à leurs travailleuses et leurs travailleurs, soit nos facteurs déterminés qui nous livrent notre courrier et nos colis à pieds, bon temps, mauvais temps, en plein blizzard ou en pleine canicule. Le traitement qui leur est réservé ces derniers jours par la direction de Postes Canada, le gouvernement conservateur et les grands médias, est d’une grande injustice pour nos facteurs, qui travaillent trop fort toute leur vie, au péril de leur dos et de leur santé, pour mériter pareils crachats de la part d’une bande d’élitistes ingrats anti-syndicaux.

Dans les faits, le gouvernement conservateur réactionnaire, en prenant systématiquement le parti des employeurs dans tout conflit de travail, réduit en miettes tout rapport de force que les travailleurs pourraient avoir en s’unissant contre leurs patrons. On parle ici d’une attaque directe contre le droit de grève, un droit élémentaire et universel dans une démocratie digne de ce nom. Cela est inacceptable et doit être dénoncé massivement par toute la classe prolétarienne.

Nous lançons aujourd’hui un appel à la population pour qu’elle manifeste son appuis aux travailleuses et aux travailleurs des postes, ainsi que son opposition aux complots des conservateurs, de la bourgeoisie et de leurs grands médias, qui visent à faire reculer de plusieurs décennies les droits des travailleurs, avant qu’il ne soit trop tard !

Un peuple uni, jamais ne sera vaincu !

-Gabriel Proulx, co-porte parole du Parti communiste du Québec (PCQ), Saint-Eustache

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :