Publié par : quebecsocialiste | 12 février 2011

Victoire du peuple en Égypte

Victoire! Le peuple égyptien a vaincu le tyran Moubarak! Toutes mes félicitations au peuple égyptien pour cette victoire historique! Que les dictateurs arabes tremblent : le prolétariat arabe s’est réveillé!

Au début, les «experts» des grands médias capitalistes nous disaient qu’une répétition du scénario tunisien en Égypte était «peu probable». Ils auront rapidement changé de discours! Par contre, voilà l’une des rares interventions avec laquelle j’ai été en accord du côté des mass médias, qui vient de l’un des experts présents à RDI hier soir, dont le nom m’échappe malheureusement : «Si c’est bien une révolution au niveau des mœurs, puisqu’un changement de régime pacifique en partant d’Internet est un phénomène nouveau au 21e siècle, ce n’est pas vraiment une révolution au niveau politique, car l’armée, qui a gardé Hosni Moubarak au pouvoir (en torturant et en opprimant le peuple égyptien) pendant 30 ans, jusqu’à ce qu’elle l’ait probablement poussé vers la porte lorsqu’il est devenu indéfendable, détient toujours le pouvoir, publiquement maintenant.» Autrement dit, cette révolution ne sera complète que lorsque des élections libres et équitables auront eu lieu et que le choix du peuple aura été respecté par l’armée, qui devra invariablement céder le pouvoir au gouvernement issu de ce choix populaire.

Le support discret des États-Unis et la campagne internationale des diplomates propagandistes israéliens pour garder en place leur dernier allié au Moyen-Orient n’y aura rien fait. Au final, un peuple uni ne pourra jamais être vaincu!

Un bémol par contre : contrairement à la jubilation des grands médias qui n’avaient que faire des souffrances du peuple égyptien il y a encore quelques semaines à peine, l’analyse critique nous rappelle que la prise en charge de l’état égyptien par l’armée pourrait ne pas être une si bonne chose. On parle quand même ici de la même armée qui a gardé Moubarak solidement en place sur son trône pendant 30 ans! On parle ici d’une armée financée et formée par celle des États-Unis, la première puissance impérialiste mondiale qui a également soutenu «l’ami» Moubarak durant tout ce temps. Quand les États-Unis appellent à un gouvernement «modéré et légitime» en Égypte, ils veulent en fait dire : «un gouvernement pro-USA et soumis aux intérêts capitalistes étrangers». Tout n’est donc pas gagné pour le moment, du moins, jusqu’à ce qu’un gouvernement populaire démocratiquement élu ne soit mis en place.

Du côté de l’apartheid israélien, l’autoproclamée «seule démocratie au Moyen-Orient», la défaite est encore plus grande. Alors que la situation devenait critique pour le régime corrompu de Moubarak (et après avoir dicté à ses ambassadeurs à travers le monde de défendre l’image de Moubarak de «rempart contre l’islamisme»), Tel-Aviv a encouragé le régime de Moubarak à «lâcher toute la force de l’armée égyptienne sur les manifestants» (civils). Voilà déjà une preuve de la nervosité des leaders israéliens criminels devant la perspective de voir le peuple égyptien gérer ses propres affaires, sa propre destinée.

Deux images qui en disent long :

Ci-dessus : les ex-présidents Bush et Moubarak, avec le roi Abdullah, d’Arabie-Saoudite, en arrière-plan (bientôt un autre «ex» fasciste, on l’espère)

Ci-dessus : le pantin Hosni Moubarak et son maître, Barack Obama, une image qui montre bien le summum de l’hypocrisie occidentale en matière de démocratie et de droits humains

Peu importe, le 11 février 2011 sera considéré, dans l’histoire, comme une grande victoire pour le peuple égyptien. Encore bravo au peuple égyptien pour cette victoire née de sa détermination.

Si Hosni Moubarak, le puissant et cruel dictateur égyptien soutenu hypocritement par les États-unis depuis 30 ans, a chuté, alors la seule question restante est : à qui le tour? Le renversement du vieux dictateur Saleh, au Yémen, semble être la suite logique, étant donné que son régime montrait déjà des signes de fragilité depuis quelques années, mais il ne faut pas oublier non plus l’Algérie, où une grande manifestation d’opposition au régime a été réprimée avec force aujourd’hui même, ou encore la Jordanie, où la grogne populaire va en montant…

Les manifestations de supports internationalistes ne doivent pas cesser, surtout au Québec. À Montréal, des manifestations devraient maintenant se tenir sur une base régulière devant le consulat d’Algérie, en support du peuple algérien fortement réprimé par le régime corrompu d’Abdelaziz Bouteflika, un autre despote qui se maintient au pouvoir depuis le 11 septembre 2001 en invoquant constamment «la menace terroriste» pour discréditer l’opposition démocratique de son pays.

Les communistes et les socialistes ont toujours été solidaires des peuples en lutte à travers le monde, c’est pourquoi nous appellons à une plus grande mobilisation à travers le monde occidental pour faire pression sur les tyrans arabes et démontrer notre support pour les peuples opprimés de ces pays.

La chute d’un tyran n’est qu’un début, faisons maintenant place à la révolution!

-Gabriel Proulx

Pour finir, voici une image humoristique en provenance du site français Le Grand Soir:

L’Oncle Sam et l’Égypte

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :