Publié par : quebecsocialiste | 15 janvier 2011

Ben Ali renversé : Hourra pour la Tunisie!

Le chemin de la révolution populaire peut être long et pénible, mais à la fin, le peuple pourra toujours être fier des résultats de sa lutte. Avec le départ du dictateur criminel Zine El Abidine Ben Ali, mieux connu comme «Ben Ali», vers la dictature monarchique alliée d’Arabie Saoudite, c’est une grande victoire qu’a remporté le peuple tunisien hier, le 14 janvier 2011.

Aujourd’hui, c’est de partout à travers le monde, dont ici, à Montréal, que les peuples du monde manifestaient leur support collectif à la lutte du peuple tunisien pour l’accession à la démocratie.

Tout n’est par contre pas gagné pour autant : le premier ministre tunisien, Mohammed Ghannouchi, bien entendu issu du gouvernement corrompu de Ben Ali, pourrait saisir le pouvoir si jamais le peuple tunisien n’est pas suffisamment vigilant. Ghannouchi, ainsi que chaque ministre de ce gouvernement corrompu, doit être démis de ses fonctions et jugé par la justice populaire, au même titre que Ben Ali, en espérant que la démocratie tunisienne souhaitée lui mette un jour le grappin dessus.

Ben Ali a eu beau se maintenir au pouvoir durant 23 longues années en utilisant les épouvantails de l’islamisme et du terrorisme comme justifications pour l’intense répression exercée par son gouvernement (les attentats du 9/11 ont été comme du pain béni pour ce dictateur laïc pro-occidental), à la fin, cela n’aura pas été suffisant pour endormir le peuple tunisien. Il n’y avait que les chancelleries occidentales capitalistes, la France en tête, et leurs valets régionaux, pour soutenir ce dictateur, considéré comme le plus détesté du Maghreb dans l’opinion publique.

Le triste support de la France et de l’occident «démocrate» à la dictature de Ben Ali :

Sarkozy et Ben Ali, à une époque «plus heureuse» pour les deux despotes amis…

Si, uniquement à l’annonce officielle du départ de Ben Ali, la France n’a condamné que du bout des lèvres la répression sanglante des manifestations pacifiques par la police et les soldats du régime tunisien, il faut savoir qu’elle a fait bien pire avant cela. En effet, la diplomatie française a défendu jusqu’au bout le régime tunisien de Ben Ali, un proche «ami» de l’Europe dans la région. Mardi 11 janvier, tandis que la contestation gagne Tunis, des propos tenus par la ministre des affaires étrangères française, Michèle Alliot-Marie, devant l’Assemblée nationale, à Paris, atteignent le comble de la honte : alors qu’à ce moment là, des dizaines de tunisiens ont été tués par les «forces de sécurité» de Ben Ali depuis le début des protestations, la ministre française propose au régime tunisien… une coopération policière. Vous avez bien lu…

Plus précisément : «La France veut faire bénéficier la Tunisie du « savoir-faire de (ses) forces de sécurité », afin de « régler des situations sécuritaires de ce type », explique la ministre, afin que « le droit de manifester soit assuré, de même que la sécurité ». L’« apaisement peut reposer sur des techniques de maintien de l’ordre », estimait la ministre Michèle Alliot-Marie.» … Imaginez si une telle proposition de «coopération policière» avait été faite à l’Iran, en juin 2009, alors que les politiciens et les médias occidentaux consternés dénonçaient individuellement chaque victime de la répression policière entourant les élections de cette période. Cela se passe de commentaires…

Outre la scandaleuse offre de coopération à la répression du gouvernement Sarkozy (nous avons bien vu comment Sarkozy et sa bande ont «maté les voyous et la racaille» lors des grandes manifestations populaires françaises de l’automne dernier contre les politiques punitives du gouvernement français pour «venir à bout de la crise économique» en pillant les retraites des travailleurs français), Paris semblait penser, la veille de la chute de Ben Ali, que l’annonce d’un accroissement de l’aide à la Tunisie, notamment au niveau européen, pourrait contribuer à dénouer la crise : «Notre premier message doit être celui de l’amitié entre le peuple de France et le peuple tunisien, sans nous ériger en donneurs de leçons.»… Vraiment? Est-ce que cette logique serait également supposée s’appliquer à la Côte d’Ivoire, ou bien ne serait-ce qu’un vulgaire assemblage de paroles creuses et hypocrites pour aider la cause désespérée de leur copain Ben Ali? Un cas classique de «deux poids, deux mesures».

Pour en finir avec la question du soutien complice du gouvernement français au régime néo-libéral fasciste de Ben Ali, il faut rappeler que, lors d’une visite officielle en Tunisie en 2008, Sarkozy avait affirmé publiquement que «L’espace des libertés progresse (en Tunisie)». Voilà les déclarations d’un homme qui voudrait pouvoir gouverner avec la même facilité et la même poigne de fer que Ben Ali à l’époque. Pathétique…

La lutte internationaliste doit continuer

Dans tous les cas, cela ne doit pas se terminer ainsi. L’étincelle tunisienne a le potentiel de dynamiter d’autres régimes capitalistes despotiques dans la région. On peut penser tout de suite à l’Algérie, à la monarchie du Maroc ou au régime d’Hosni Moubarak en Égypte, toutes des dictatures supportées par l’Occident.

Enfin, dans l’esprit internationaliste, nous devons rester solidaires de nos camarades du Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT), parti déclaré illégal par le régime de Ben Ali et dont certains leaders sont toujours emprisonnés. Les camarades du PCOT étaient présents lors des manifestations aussi spontanée que pacifiques des dernières semaines. Ils continueront de servir le peuple tunisien jusqu’à l’établissement d’une véritable démocratie en Tunisie, peu importe les nombreuses embuches sur le chemin. Voici les liens vers deux communiqués récents du PCOT :

Le premier, sur l’enlèvement du porte-parole du PCOT par la police politique de Ben Ali (cliquez ici).

Le deuxième, sur la vision et les revendications du PCOT pour la Tunisie (cliquez ici).

Vive la démocratie et la justice sociale pour tous!

Vive le peuple tunisien!

Gabriel Proulx

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :