Publié par : quebecsocialiste | 19 décembre 2010

Nouvelle campagne d’insultes de Quebecor contre la gauche et Amir Khadir

Quebecor et ses journaleux/chroniqueurs d’extrême droite comme Richard Martineau et Éric Duhaime : des hypocrites racistes

Pour ceux qui se promènent parfois sur «google Actualité» (pratique pour être rapidement au courant de l’actualité, mais rarement autre chose que du «junk food» informatif des grands médias capitalistes), ou qui ont le malheur de toujours consulter le Journal des Scabs de Montréal, vous avez sans doute remarqué que, en manque de faits divers accrocheurs pour meubler ses pages bourrées de fautes, mais également en regardant les sondages, Quebecor a décidé de déclencher une nouvelle campagne d’insultes, de démagogie et de fantaisies fascistes contre la gauche, les palestiniens et le député Amir Khadir.

Sans surprise, c’est toujours Quebecor qui mène l’assaut. Cet été, l’instigateur de la chasse aux sorcières était Éric Duhaime, un conseiller politique d’extrême droite qui ne se cache pas pour faire la promotion du non regretté régime fasciste d’Augusto Pinochet, qui a semé morts, ravages et terreur au Chili. Cette fois, c’est au tour de Richard Martineau, le chien de poche raciste de Quebecor qui écrit dans le journal en lock-out de Montréal.

Cet été, le point de départ officiel de la chasse aux sorcières était la tenue du camp de formation annuel du PCQ au chalet du père d’Amir Khadir. La véritable raison : Khadir avait appuyé publiquement, quelques jours plus tôt, les travailleurs du Journal de Montréal en lock-out depuis maintenant près de trois ans. Aujourd’hui, Richard Martineau et ses amis néo-conservateurs sont offusqués parce que le député élu de Mercier, Amir Khadir, appui publiquement la campagne de boycott contre les produits de l’apartheid israélien. Dans le cadre de ce boycott, Amir Khadir a participé à une manifestation devant un vendeur de chaussures de sa circonscription, qui s’entête à continuer de vendre des souliers faits en Israël alors que de son aveu même, ils constituent une proportion très négligeable de son inventaire. Martineau et ses amis sont très fâchés… La véritable raison : Quebecor et ses chroniqueurs sont à la botte du lobby sioniste, ce qui fait que toute opposition aux crimes de l’état israélien doit être muselée ou remise à sa place par Quebecor et ses mercenaires pseudo journalistes grassement payés.

Après y être allé de nouvelles affirmations diffamantes comme «Amir Khadir était là avec ses amis cocos (communistes)», alors qu’aucun membre du PCQ, bien qu’appuyant la campagne BDS, n’était présent, Richard Martineau y est tout de suite allé de l’association entre Khadir et le régime théocratique iranien, en demandant à Amir, qui n’a plus besoin de prouver son opposition au régime des mollahs d’Iran, de manifester devant des «restaurants iraniens»… La faute de Martineau est double : non seulement il se permet d’associer Amir au régime iranien sur la seule base de son origine ethnique, ce qui tient clairement du racisme, mais en plus, Martineau étale au grand jour sa méconnaissance du sujet, associant tout ce qui est perse (le groupe ethnique majoritaire en Iran) au régime iranien. En associant au régime iranien des restaurants de cuisine perse, qui n’ont rien à voir économiquement avec le régime iranien, Martineau ne fait que s’enfoncer plus bas encore dans le baril sans fond de la démagogie. Cela n’a rien à voir avec le boycott des produits israéliens, dont l’importation supporte économiquement l’apartheid sioniste et son armée criminelle. De plus, il serait peut-être temps que Richard Martineau et Éric Duhaime se décident sur l’orientation de leurs campagnes de diffamations contre Amir Khadir : est-il un fanatique religieux chiite (comme le régime iranien) ou un partisan du régime de terreur laïc instauré par le sunnite Saddam Hussein en Irak, avec l’aide de la CIA? Duhaime et Martineau ont beau le traiter de monstre terroriste, de communiste mangeur d’enfant et de toutes sortes d’autres fantaisies absurdes et blessantes, il ne peut pas être les deux, vous voyez…

À la fin de sa chronique, qui empeste à plein nez le mépris élitiste de Martineau pour l’opinion populaire, Martineau se fend d’une leçon du dimanche sur le «conformisme» : selon lui, dénoncer les (impérialistes et colonialistes) États-Unis et Israël tiendrait du «conformisme» à «l’idéologie gau-gauchistes dominante»… Une théorie fort difficile à défendre, dans un état allié des États-Unis, avec un gouvernement canadien conservateur désigné comme étant «le plus fidèle allié d’Israël dans le monde», qui tente depuis plusieurs mois déjà de trouver des bases légales pour criminaliser la plus simple critique de l’état israélien, dans l’indifférence totale des grands médias canadiens, effrayés par le lobby sioniste. Bien malin est celui qui réussira à prouver que l’opposition au pouvoir établi tient du «conformisme»…

Martineau est souvent le premier à imaginer cette «domination de la gauche», dans les cégeps et universités, qui ne font qu’apprendre à leurs élèves à développer leur esprit critique, ou plus souvent encore, dans les grands médias de droite rivaux de l’empire Quebecor… À vous de juger s’il y a conflit d’intérêt dans les propos de Martineau, ou de tout autre chroniqueur de Quebecor, quand ces derniers étalent leur opinion sur ces sujets.

Pour en finir avec Martineau «l’anti-conformiste», il est toujours aussi pathétique de le voir baser toute sa «crédibilité» sur les soi-disant courriels de ses lecteurs. Personne, à part lui bien entendu, ne peut les voir, mais Martineau est formel : quand «les nombreux courriels» qu’il a reçu sont positifs pour sa propagande, il en publiera une partie (ce qui l’aide à bourrer ses textes) dans sa chronique avant de proclamer : «Voici l’opinion de la majorité silencieuse! (celle qui lit mes chroniques et qui écrit sur mon blogue, où la censure est omniprésente)»… Quand il dit recevoir des courriels négatifs à son endroit, il ne prendra jamais la peine d’en publier ne serait-ce qu’une seule phrase, mais trouvera toujours le moyen d’associer ce phénomène à un quelconque «complot de la gauche dominante» contre son innocente personne. Pour Martineau, ce n’est certainement pas «raciste» que de recommander à tout le monde dans les pages d’un journal à grand tirage, un site internet sioniste ouvertement islamophobe et anti-palestinien. «C’est que les gauchistes, les arabes et les cocos qui disent ça!», nous dira Martineau… Après tout, peut-être a-t-il raison : qui peut questionner un homme, bien installé dans le salon de sa tour d’ivoire, un grand sage comme Richard Martineau, qui vit intellectuellement au dessus de ses moyens…

Dans sa chronique d’aujourd’hui, qui a été porté à mon attention par un ami, Richard Martineau nous apprend qu’il s’est rendu au magasin de chaussures en question, à la demande de son ami et collègue de diffamation de la gauche, Éric Duhaime, pour y acheter des souliers et narguer les participants d’une nouvelles manifestation pro-boycott. Vraiment mature leur affaire, on voit qu’ils n’ont rien de mieux à faire… Martineau nous parle avec un évident mépris de «ces cocos avec des drapeaux palestiniens et une banderole dénonçant Israël». Pas besoin de spécifier que lui et son copain Duhaime ne sont pas neutres sur cet enjeu…

Les amis anglophones de l’extrême droite québécoise fédéraliste :

Si Richard Martineau et Éric Duhaime n’ont plus de crédibilité à démolir, qu’en est-il de leurs amis de l’extrême droite? J’aimerais attirer votre attention un instant sur deux amis néo-conservateurs du libertarien diffamateur et louangeur de dictatures fascistes qu’est Éric Duhaime : Tom Flanagan et Ezra Levant.

Récemment, dans l’affaire wikileaks, les deux hommes, qu’Éric Duhaime vante dans ses chroniques de Quebecor comme étant «deux bons amis à moi», ont brillé par leur emportement fasciste contre Julian Assange. On ne parle pas ici des crimes qui lui sont reprochés en Suède, mais bien du principe de démocratie même qui est attaqué par les deux fascistes, très proches conseillers… du parti Conservateur au pouvoir à Ottawa! Pour Tom Flanagan, qui s’est exprimé sur les ondes de CBC, la réponse est simple : «On devrait l’assassiner (…) Si Obama était un bon président, il lui enverrait un drone pour le bombarder, ou il mettrait un contrat sur sa tête, ou quelque chose comme ça.» … C’est beau comme l’idéal conservateur est à l’opposé absolu de «vagues concepts démodés» comme la démocratie, le droit à un procès équitable et la liberté d’expression, mais trouvent quand même le moyen de faire la morale aux autres sur ces mêmes concepts, vous ne trouvez pas? Même son de cloche criminel du côté d’Ezra Levant, un sioniste affirmé et lobbyiste pour les industries du tabac et des sables bitumineux, qui a lancé ses appels au meurtre (un crime pour un citoyen ordinaire) dans les pages d’un journal de Sun Media, la filiale anglophone de Quebecor. Ezra Levant, qui a été désigné comme un futur hôte de pseudo talk show conservateur à la FOX NEWS sur la chaîne de propagande en construction SUN NEWS TV, est aussi un virulent raciste anti-Québec. Il est également en guerre constante avec les associations de défense des droits humains au Canada. Il est aussi un contributeur du site raciste recommandé à ses lecteurs par Richard Martineau. Lors de la récente bataille entre SUN NEWS et le site de pétitions progressistes avaaz.org, Levant a écrit une chronique dans laquelle il accusait le fortuné George Soros de fournir de l’argent à avaaz. Dans sa chronique, Levant, un juif sioniste qui n’a jamais connu ni l’Holocauste, ni la Deuxième Guerre Mondiale, exploite honteusement la mémoire des victimes des horreurs des nazis en accusant faussement Soros d’avoir collaboré avec les nazis alors qu’il était enfant en Hongrie occupée. Sous la menace d’une poursuite de Soros qu’ils n’auraient visiblement pas gagné, Sun Media s’est rétracté et a présenté des excuses publiques à Soros, à la place d’un Ezra Levant trop lâche pour reconnaître ses erreurs…

Pour la biographie du sombre personnage qu’est Ezra Levant, un des parrains du «Réseau Liberté-Québec» de François Legault et Joseph Facal, cliquez ici (désolé, lien en anglais seulement).

En conclusion, ce n’est pas sur le progressiste Amir Khadir, qui dénonce un régime d’apartheid (Israël) qui s’abaisse jusqu’à cibler les enfants palestiniens dans le cadre de leurs politiques coloniales de terrorisme étatique, que Richard Martineau devrait cracher ses insultes, mais sur «l’ami de son ami» Ezra Levant, un raciste d’extrême droite notoire qui menace de mort un étranger fondateur d’un organisme qui publie au grand jour des informations que des grands médias tels que ceux de Quebecor sont trop paresseux, ou idéologiquement biaisés, pour publier eux-même!

Quebecor et les conservateurs : les ennemis de la liberté de presse au Québec et au Canada!

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :