Publié par : quebecsocialiste | 29 septembre 2010

États-Unis : exécution (meurtre) de Teresa Lewis

Teresa Lewis, une femme de 41 ans atteinte de déficience mentale, a été exécutée jeudi, le 23 septembre dernier, dans l’état de Virginie, aux États-Unis. Elle avait été reconnu coupable de «double meurtre» dans le but d’encaisser les assurances vies de son mari et de son fils ex-militaire. Ce qui est troublant dans cette histoire, c’est qu’elle n’a fait que laisser entrer les deux véritables tueurs armés de fusils, Matthew Shallenberger et Rodney Fuller, qui l’auraient manipulé depuis leur rencontre dans une épicerie. L’un d’entre eux serait même devenu son amant, toujours dans le but de la manipuler afin de probablement pouvoir toucher lui-même une partie du butin. Les deux assassins manipulateurs ont donc été condamné à la prison à vie, alors que le crime «sordide et révoltant» de Lewis a mené le juge à la condamner à mort par injections létales. L’un des deux assassins, Shallenberger, qui s’est suicidé en prison depuis, a confessé juste avant sa mort, dans une lettre, qu’il avait manipulé Lewis de A à Z, dans le but d’amasser de l’argent pour devenir tueur à gage. Cette révélation n’a jamais semé le moindre doute dans les esprits du gouverneur de la très conservatrice Virginie, Robert McDonnell, ou du président Obama, qui n’ont rien fait pour stopper l’exécution, alors qu’ils en avaient le pouvoir. Pour ce qui est du procureur général de l’état de Virginie, Ken Cuccinelli, qui a parlé jusqu’à la fin du crime de Lewis comme étant «brutal, de même que son attitude sans cœur, manipulatrice, adultère, cupide et scandaleuse», il n’y a pas un grand fossé entre son extrémisme et le fascisme.

Que ce soit en Iran avec la brutalité de la lapidation et la pendaison, ou aux États-Unis avec la chaise électrique qui vous grille jusqu’à la mort, ou les fameuses injections létales «plus humaines» qui vous forcent à attendre votre fin avec anxiété attaché sur une table, les exécutions de civils se résument toujours à la même chose : un meurtre «légal» au service de la vengeance, monté en spectacle en plus. Aux dernières nouvelles, nous vivions bien au 21e siècle, et cela ne s’adresse pas seulement à l’Iran, contrairement à certains médias et «intellectuels» occidentaux à l’indignation sélectives. Ces derniers ne sont même pas foutus de lancer une campagne internationale pour dénoncer les décapitations par centaines dans les monarchies moyenâgeuses «alliées» de l’autre côté du Golfe Persique, alors que les États-Unie viennent de signer le plus gros contrat militaire de l’histoire avec ces dernières, qui sont en fait ses protectorats : c’est tout dire sur leur hypocrisie quand ils parlent de «démocratie» et de «droits humains»…

Seul un esprit faible et endoctriné peut accepter sans discuter l’idée que l’exécution d’une femme déficiente mentale puisse se faire «au nom de la justice» et condamner du même souffle l’exécution prochaine de Sakineh en Iran, coupable grosso modo du même crime, mais avec le retard mental en moins! Un autre très beau travail de la «presse libre» bourgeoise!

Teresa Lewis possédait un QI de 72 alors que le seuil de la déficience mentale, en dessous duquel il est interdit d’exécuter aux États-Unis, est de 70. On peut donc dire que dans le cas de Lewis, la «justice» yankee a fait un calcul des plus douteux. L’exécution de Teresa Lewis, jeudi dernier, est une infamie et la preuve suprême que le système judiciaire des USA n’est pas celui d’un état démocratique. Cette nation corrompue n’a aucune crédibilité pour dénoncer quelconque agissement obscurantiste de la part de l’Iran!

Un de ces jours, la population des USA devra se réveiller et choisir entre la liberté véritable ou la soumission à l’appareil ploutocratique et politico-militaire à la tête du pays. Un état ne peut pas se targuer de défendre la justice et la liberté dans le monde tout en continuant à pratiquer la peine de mort à la maison, c’est le summum de l’hypocrisie! À ce titre, une fois de plus, les États-Unis devraient prendre exemple sur Cuba, qui en plus de ne plus pratiquer la peine de mort depuis fort longtemps déjà, est même allé récemment jusqu’à libérer des terroristes et des criminels de droit commun, reconvertis en «martyrs» par les milieux anti-cubains, envoyant ces criminels faire escale en Espagne avant d’aller rejoindre les organisations terroristes mafieuses de Miami, en Floride, aux USA.

Ces terroristes, meurtriers et autres criminels mesquins n’auront pas à s’inquiéter : leurs crimes «brutaux» de même que leur «attitude sans cœur, manipulatrice, cupide et scandaleuse» ne seront jamais punis au pays de l’Oncle Sam, où des terroristes notoires comme Luis Posada Carriles se font fêter par des bourgeois et des élus yankees corrompus, pendant qu’une femme considérée comme ayant «une personnalité pathologiquement dépendante» et étant «incapable de remplir des tâches aussi simples que celle de faire elle-même une liste de courses» est exécutée de sang froid, dans l’indifférence totale des mêmes médias qui sont censés informer le peuple sur les dérives de leur état.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :