Publié par : quebecsocialiste | 24 septembre 2010

Venezuela : campagne médiatique U.S. de démonisation de Chavez

Le vrai visage de la «presse libre» à l’occidentale…

Le 26 septembre prochain, ce sera jour d’élections au Venezuela. Comme à chacun des scrutins précédents durant la dernière décennie (plus d’une douzaine d’élections et de consultations populaires), les grands médias privés occidentaux n’ont qu’un seul objectif en tête, regardant la couverture médiatique de ce pays : la démonisation du président démocratiquement élu de la nation souveraine du Venezuela. Entre le support direct à des terroristes anti-Chavez et des inventions toutes plus ridicules les unes que les autres, toujours dans l’objectif de miner la démocratie dans ce pays, le niveau de bassesse de la propagande de la «presse libre» occidentale autoproclamée ne connaît pas de limites.

Je vous présente donc cet article, paru sur Mondialisation.ca, sur la campagne de propagande médiatique occidentale qui fait rage à l’approche des élections du 26 septembre au Venezuela. Au menu : campagne médiatique U.S. concertée pour désinformer la population sur la réalité du Venezuela, et  une «journaliste» de CNN souhaite «bonne chance» à un terroriste anti-Chavez en cavale aux États-Unis :

Les médias étasuniens intensifient leur campagne contre Chavez

par Eva Golinger

A l’approche des élections au Venezuela, les médias internationaux intensifient leur couverture négative de ce pays. CNN applaudit au terrorisme contre la république sud-américaine, tandis que Fox News accuse le gouvernement Chavez de terrorisme.

Ces derniers jours, le volume et l’intensité de nouvelles négatives, fausses, biaisées ou manipulées concernant le Venezuela ont augmenté. Chaque fois qu’une élection approche, le Venezuela connaît le même phénomène. L’objectif évident et coordonné de cette campagne internationale est clair : renverser le président vénézuélien.

Au cours des huit dernières années, ceux qui poursuivent cet objectif ont fomenté et tenté de justifier coups d’Etat, sabotages économiques, actes de terrorisme, tentatives d’assassinat, interventions dans les élections, guerre psychologique, sans compter un accroissement disproportionné de la présence militaire états-unienne dans la région, tout cela dans le but de renverser Chavez. Et pour atteindre cet objectif, qui semble chaque année accessible aux pouvoirs en place, des millions de dollars des contribuables américains sont versés par des agences US à des partis politiques, des campagnes, des candidats et des organisations opposées à Chavez

Les médias internationaux ont aussi joué leur rôle. Titres accrocheurs et reportages tendancieux essayent d’amener l’opinion publique à croire qu’une action est nécessaire pour extirper du Venezuela le mal que représente Chavez.

Suivant The Economist, ’le Venezuela a la plus mauvaise économie du monde’, alors que les chiffres cités par le magazine financiers ne le confirment nullement. The New York Times, qui donne le ton de la presse dans le monde entier, titrait il y a quinze jours ’On tue plus au Venezuela qu’en Iraq’, ce qui est inexact et dangereux.

‘Le Venezuela a le taux de meurtres le plus élevé de l’hémisphère’, proclamait Newsweek, en ajoutant sans aucun fondement : ‘La popularité de Chavez est en chute libre.’

Ces médias veulent ignorer qu’en fait l’économie du Venezuela progresse, malgré la crise financière mondiale, et que, s’il est exact qu’il y a une criminalité et des assassinats à Caracas, cela ne peut se comparer aux millions de victimes iraquiennes qu’a provoquées la machine de guerre états-unienne.

Et si un taux de popularité de 54% (selon les derniers sondages) est une ‘chute libre’, que dire du taux de 47% ‘au mieux ‘ du Président Obama ?

La télévision est encore pire que la presse écrite. Il y a quinze jours, CNN a diffusé la première d’un docu-reportage intitulé ‘Les gardiens de Chavez’ dans lequel la chaîne internationale associait mensongèrement des groupes armés, des criminels, des terroristes et des paramilitaires au gouvernement vénézuélien.

Le 13 septembre, une dizaine de jours avant les élections législatives au Venezuela, dans une émission en espagnol de CNN en prime time, Patricia Janiot a interviewé en direct un prisonnier évadé du Venezuela qui avait été jugé et condamné pour terrorisme deux ans auparavant.

Dans une démonstration évidente de montage journalistique, Janiot a qualifié le terroriste en fuite de ’prisonnier politique’, d’’étudiant persécuté’ par le gouvernement Chavez. Il s’agit de Raul Diaz Pena, condamné en 2008 après un long procès où il a été prouvé qu’il était l’un des auteurs d’une attaque aux explosifs C4 le 25 février 2003 contre les ambassades de Colombie et d’Espagne à Caracas.

Diaz Pena s’est évadé le 5 septembre, est arrivé à l’aéroport international de Miami dans un avion de ligne, a pu entrer sans problème aux Etats-Unis, bien que terroriste condamné et repris de justice.

Et à peine une semaine après son arrivée, il apparaît en prime time à la télévision.

‘Combien d’étudiants sont prisonniers politiques au Venezuela ?’ s’enquit Janiot. ’Avez-vous été torturé ?’demanda-t-elle d’une voix pleine de sollicitude. A la fin de l’interview, l’étoile journalistique de CNN souhaita bonne chance au terroriste en fuite, en le félicitant d’avoir échappé à la ’terrible dictature’ de Chavez‘.

C’est surprenant qu’une chaîne de télévision internationale interviewe en direct un terroriste condamné et lui souhaite bonne chance en public sans se soucier des conséquences possibles. C’est une forme d’ironie seulement possible quand les medias US traitent du Venezuela

Pour CNN, quand il s’agit du Venezuela, les terroristes sont des ’prisonniers politiques’ et les repris de justice des ’immigrants’. Deux jours après que CNN ait ouvertement validé et approuvé l’usage de la terreur au Venezuela dans l’interview de Raul Diaz Pena, Fox News titrait : ‘Le Venezuela annule le circuit « Vol de la terreur » en Syrie et Iran’

Dans le texte, repris également sur son site web, la chaîne qualifiait le Venezuela de l’une des ’nations du monde les plus favorables au terrorisme’ aux côtés de la Syrie et de l’Iran.

S’agissant d’une ligne régulière parfaitement normale Caracas-Damas-Teheran assurée par l’opérateur venezuelien Conviasa, Fox News affirmait mensongèrement que ‘ces vols transporteraient un chargement illégal, destiné à des attentats, par exemple des explosifs, voire des produits radioactifs, et assurerait les déplacements de terroristes, d’espions, d’experts en armement, de hauts responsables iraniens du renseignement, de membres du Hezbollah et du Hamas.’

La source ? ‘Des services de renseignement occidentaux, des personnalités de l’opposition au Venezuela et un ex-espion de la CIA basé en Iran.’ Très convaincant.

Après cette information dangereuse et intentionnellement inexacte qui vise à associer le Venezuela au terrorisme international (ironiquement tandis que CNN accueille un terroriste vénézuélien, Fox News accuse le gouvernement vénézuélien de terrorisme), Fox News poursuit en accusant le Venezuela de favoriser le terrorisme contre les Etats-Unis.

Reza Khalil, pseudonyme d’un Iranien qui, comme l’a confirmé la CIA, a fait de l’espionnage pour le compte des USA en tant que membre de la Garde Révolutionnaire d’Iran, a dit à Fox News.com que ces ’vols spéciaux’ ont été ‘utilisés dans la création d’un réseau terroriste dominé par l’Iran qui atteint à présent les Etats-Unis’.Il a dit que ces vols ont ’servi a appuyer les tentatives de l’Iran de créer une base d’opérations dans l’hémisphère occidental’.

Mais juste après cette accusation mensongère, Fox News a mis en doute ses propres affirmations, sa source originelle admettant qu’il n’avait pas vraiment de preuve de ce qu’il avançait.

Peter Brookes, ex-analyste du Département de la Défense et ex-agent de la CIA, actuellement membre de l’Heritage Foundation, a dit qu’il y avait à bord de ces vols vers le Venezuela un flot continu de membres influents d’Al Quds, l’unité d’élite de la Garde de la Révolution iranienne, qui occupaient des postes dans les services de renseignement vénézuéliens. ‘Nous ne pouvons dire avec certitude ce qui se passe, mais c’est clandestin et secret’, dit-il.

Dans la dernière ligne droite avant les élections législatives du 26 septembre, les attaques des medias ne peuvent que s’intensifier.

La semaine dernière, dans une interview au quotidien espagnol El Pais, l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano a résumé la campagne médiatique contre le Venezuela : ‘Il y a une entreprise de « démonisation » de Chavez. C’est un scandale qu’aujourd’hui il y ait chaque minute trois millions de dollars de dépenses militaires. Pour cela il faut des ennemis. Dans le théâtre du bien et du mal les rôles sont interchangeables. Ainsi Saddam Hussein, un saint de l’Ouest, fut changé en Satan.’
Article original en anglais : US Media Intensifies Campaign Against Chavez

Traduit de l’anglais par Annette Pagnoule pour www.michelcollon.info

Source

Eva Golinger est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.

Articles de Eva Golinger publiés par Mondialisation.ca

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :