Publié par : quebecsocialiste | 14 août 2010

Le réchauffement climatique est maintenant indéniable

Notre planète brûle

Moussons apocalyptiques au Pakistan; pluies et inondations mortelles en Chine; feux de forêts destructeurs et canicule record en Russie, pays nordique parmi les pays nordiques; détachement, au Groenland, d’un morceau de glace de la taille de Paris; multiplication des cas de tornade dans un Québec de plus en plus chaud… Seuls les aveugles et les idéologues conservateurs nient encore l’existence des changements climatiques en ce dur été 2010.

Nous trouvez-vous pas que les gouvernants de l’humanité ont déjà suffisamment «niaisé avec la puck»? Nous avons même déjà dépassé (et ce depuis un bon moment) le stade du «attendent-ils une tragédie pour agir?» : les tragédies passent et le monde regarde, l’air confus et ému, alors que notre environnement sombre dans le chaos. La raison? Le capitalisme, soit l’égocentrisme humain érigé en «système de gestion» économique. En réalité, les états capitalistes se lavent bien les mains de la destruction de notre planète (notre habitat), destruction engendrée par l’exploitation sauvage des ressources limitées de notre planète, au nom de la consommation tout aussi effrénée que polluante demandée par le système capitaliste à l’occidental, le «modèle» que ce même occident définit comme «l’excellence» pour les pays en développement.

Oh, il serait possible, facile même, de procéder à des changements importants visant à améliorer la situation, «mais attention» : la «croissance économique» serait moins grande, selon nos gouvernants capitalistes… Et de quelle «croissance» parle-t-on, au juste? De la «croissance» artificielle de la bourse»? De la «croissance» de notre qualité de vie? … Ou de la croissance du capital de la grande bourgeoisie exploitante? Nul besoin de répondre : nous reconnaissons tous de quelle «croissance» nos gouvernants ploutocrates, représentants de l’aristocratie moderne, se soucient lorsque ces derniers nous font part de leurs «réserves» et de leurs «craintes pour la croissance» devant les plans concrets de lutte au réchauffement climatique.

Au Québec, par exemple, cela fait plusieurs années que nous avons la technologie et le potentiel pour amorcer la production de masse de voitures électriques. Malheureusement, les grandes corporations polluantes, comme GM et Shell, n’aiment pas l’idée que l’on puisse produire ces engins modernes afin de les rendre accessibles à la population, sensible aux questions environnementales pour la raison évidente qu’est l’avenir des générations futures. Les grandes corporations comme GM et Shell utilisent donc leur pouvoir de persuasion pour freiner de tels projets partout où ils trouvent le potentiel. Ce fut (et c’est toujours) le cas au Québec. Nous avons vu comment GM et Shell ont «remercié» notre état pour avoir plié à leurs exigences…

De l’autre côté, le gouvernement Charest s’est porté volontaire, à la manière de Duplessis, pour littéralement donner nos ressources à des exploiteurs étrangers. Nous parlons ici des éventuels gisements de pétrole du Golfe St-Laurent. Déjà que les libéraux de Jean Charest sont déjà tristement connus pour laisser aller nos richesses naturelles sans même demander à l’exploiteur de nous en payer la pleine valeur, ils veulent en plus que nous nous un désastre écologique!?

Mais il n’y a pas que des mauvaises nouvelles : alors que les puissances impérialistes dirigent leurs regards avides vers l’Arctique, que les États-Unis et le Canada s’apprêtaient à fouiller pour son possible carburant fossile, un juge du Nunavut a bloqué le projet, préférant écouter les avertissements du peuple Inuit. Voilà une région du monde qui, déjà durement touchée par le réchauffement climatique, est pour l’instant sauvée de la folie capitaliste. Une heureuse nouvelle et un pas dans la bonne direction.

Enfin, dans un mois, nous serons arrivés à la fin d’un été de sécheresses, de baisse drastique du niveau des rivières et de températures bizarres. J’en ai assez vu. Y-en a marre des bulletins météo bien pensants des grands médias! Notre terre a grand besoin de nouvelles précipitation (mais de grâce : pas au Pakistan ou en Chine). Donc, au risque de faire quelques mécontents : vivement le retour du général Hiver! Tant qu’il reviendra à chaque année, il sera encore temps de sauver notre espèce. En attendant, ça serait bien si nous, êtres vivants qui dépendent de l’environnement pour survivre, mettions un peu de pression sur nos gouvernements capitalistes suicidaires.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :