Publié par : quebecsocialiste | 30 mai 2010

G20 : l’arrogance de l’aristocratie moderne

Un milliards de dollars : l’équivalent d’un salaire d’un million de dollars par an pendant mille ans. Imaginez ce qu’il est possible d’accomplir avec une telle somme, inaccessible au travailleur ordinaire… Imaginez toutes les recherches scientifiques, tous les pauvres sauvés de la misère, tous les enfants sauvés de la famine à travers le monde… Eh bien, sachez qu’au Canada, tout cet argent ne sert à rien de plus qu’à la protection de l’aristocratie internationale.

En effet, en pleine crise économique mondiale, quoi de mieux pour « stimuler l’économie » que de gaspiller massivement l’argent public dans la sécurité simultanée du G8 et du G20. Le G8 se tiendra à Hunstville, alors que le G20 se tiendra le lendemain à Toronto, le temps d’une fin de semaine de pourparlers auxquels la population n’aura aucun mot à dire, dans une ambiance de loi martiale, le tout au « modeste coût » d’un milliard de dollars (les chiffres les plus conservateurs sont de l’ordre de 833 millions, mais il est facile de s’attendre à des dépassements de coûts, ce qui est également l’avis des experts). Ça commence à coûter assez cher, leurs photos de groupe…

Question de voir si de telles sommes sont « monnaie courante » lors de ces sommets bourgeois, pourquoi ne pas comparer avec les derniers G20 : celui de Pittsburgh, en septembre 2009, avait coûté 20 millions. Celui de Londres, en avril 2009, avait coûté 30 millions. Étrangement, lorsque pareils sommets sont tenus ailleurs, dans des métropoles comparables ou plus imposantes que Toronto, dans des états comme les États-Unis ou la Grande-Bretagne, qui ont pourtant beaucoup plus de raisons de craindre des attaques terroristes que le Canada, la « sécurité » coûte des centaines de millions de moins. Cet état de fait peut être imputé à une mauvaise gestion, à la corruption, à l’obsession conservatrice de Stephen Harper pour la sécurité, ou probablement à une combinaison de ces facteurs. L’idée que les conservateurs aient « mis le paquet » pour aller chercher des votes (et une majorité) en Ontario, est aussi à considérer.

En parlant de sécurité : de quoi l’aristocratie mondiale a-t-elle besoin d’être protégée, au juste? On peut voir les policiers et les militaires jouer à Spider-Man sur les façades des immeubles de Toronto sur le bras des contribuables, mais pas un seul média ne s’est jusqu’ici demandé contre qui ces mesures de répressions sont-elles dirigées. Selon Michel Juneau-Katsuya, ancien agent du SCRS (un autre groupe payé à même les impôts du peuple… pour surveiller le peuple) recyclé en expert en matière de sécurité des médias canadiens : « Le centre-ville de la métropole canadienne compte plusieurs points d’attaque potentiels, ce qui explique une surenchère des coûts ». Comme si les talibans allaient s’amener, en surgissant des égouts peut-être, et capturer le centre-ville de Toronto…

En sachant que l’idée que « les terroristes » puissent sérieusement menacer les leaders du G20 ne tient pas la route une seule seconde, il faudrait se pencher sur le seul ennemi crédible des aristocrates réactionnaires friands de ce genre de spectacle antidémocratique éhonté : le peuple. C’est du peuple qu’ils ont peur. C’est contre le peuple que toutes ces mesures de répression sont dirigées. C’est de la classe ouvrière issue du peuple qu’émane la seule réponse crédible aux crimes et à la corruption de cette aristocratie mondiale : le socialisme. En fait, le plus simple progrès terrorise les élites néolibérales, qui trouvent bien à leur goût le présent statu quo, soit l’asservissement des ressources des peuples à leur service exclusif.

Donc, si les aristocrates craignent le peuple, il est normal pour eux de vouloir s’en protéger. Ce qui serait anormal, ce serait l’absence de réponse du peuple devant le fait que son argent est utilisé aussi ouvertement pour financer sa répression… Un milliards de dollars puisés dans l’argent public, justement pour réprimer ce même public… En tout cas, cela ne correspond pas à de la démocratie.

L’excuse de la « sécurité » n’est donc qu’un mythe. Tout cet argent et toutes ces mesures ne servent en fait qu’à empêcher la population de s’exprimer à ces sommets. De leur côté, les grands médias bourgeois s’acquittent de leur sale besogne en démonisant à outrance ceux qui braveront la répression en allant manifester pour revendiquer le simple droit d’avoir leur mot à dire. À ce chapitre, les médias bourgeois et leurs sbires de droite aiment réduire tout contestataire au système en place au rang de « casseurs de vitres ».

Il faudrait souligner ici une autre raison pour la population d’être légitimement en colère contre ce sommet : la corruption. Quand on sait que le Parti Conservateur a beaucoup d’amis (et de bailleurs de fonds) dans les firmes de sécurité privées, la population est en droit de se poser des questions sur la différence de 800 millions de dollars entre les chiffres officiels du G20 de Toronto, et ceux du G20 de Londres d’avril 2009 (30 millions de dollars).

En conclusion, toute cette affaire entourant les sommets du G8 et du G20, du 25 au 27 juin prochain, empeste la mauvaise gestion d’un gouvernement fédéral qui a laissé ses ambitions impériales lui faire perdre le nord. Si le gouvernement fédéral souhaite s’endetter dans le seul but de « bien paraitre », qu’il flambe tout son budget, il ne fera que prouver le point de ceux qui, comme au PCQ, dénoncent ce gouvernement rétrograde depuis le jour 1. Pour ce qui est du peuple québécois, il y a une solution bien simple et parfaitement légitime pour ne plus jamais avoir à être mêlé à ce genre de mascarades de mauvais goût.

Et tant qu’à y être, voici une solution qui pourrait faire plaisir à tout le monde, qui ne coûterait pas cher, et qui pourrait facilement être retransmis à la population : la vidéoconférence. Il s’agirait d’une alternative logique du XXIème siècle, qui éviterait la pollution des avions présidentiels « Air Force One » de ce monde. Le seul petit « hic », c’est que l’aristocratie néolibérale, celle qui aime claquer des millions de l’argent public pour une photo de famille, n’a plus sa place, dans le monde d’aujourd’hui, à un moment cruciale pour la survie de notre espèce, qui n’a depuis longtemps plus besoin d’eux.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :