Publié par : quebecsocialiste | 28 mars 2010

Silence des grands médias privés sur les crimes au Honduras

« La démocratie » selon l’oncle Sam

Pour ceux qui pourraient l’avoir oublié, à la fin du mois de juin de l’année dernière (28 juin 2009 pour être plus précis), un coup d’état militaire a expulsé du pouvoir le président démocratiquement élu du Honduras, Manuel Zelaya. Appuyés par les tribunaux et l’oligarchie, les militaires, sous les ordres du général Romeo Vasquez, ont enlevé le président Zelaya en pleine nuit et l’ont envoyé au Costa Rica. Une crise internationale s’en est suivie, enlevant au Honduras, devenu dictature militaire, sa précieuse aide financière étrangère. Depuis, en moins d’un an, plus d’une centaine d’opposants politiques et de journalistes critiques du coup d’état ont été ou bien assassinés, ou bien portés disparus. L’armée et les escadrons de la mort de l’extrême droite sont mis en cause.

Depuis le début du seul mois de mars 2010, 5 journalistes ont été assassinés. La situation est de plus en plus alarmante. En avez-vous entendu parler dans les grands médias? Non, parce que pour les médias privés, les seuls journalistes dignes d’être appelés des « collègues » sont ceux qui servent servilement l’oligarchie locale, et les manifestants honduriens abattus en pleine rue par l’armée putshiste hondurienne ne valent pas, aux yeux de la grande bourgeoisie qui contrôle les médias, autant qu’un manifestant dans un pays en opposition avec l’impérialisme occidental. N’étant plus que de vulgaires outils de propagande gouvernementale, les grands médias privés sont tombés bas au point d’établir une échelle de la valeur médiatique d’un mort en fonction de sa nationalité.

Du côté des États-Unis, après la lente et molle « condamnation » du coup d’état antidémocratique au Honduras, il n’aura fallu qu’un simulacre d’élections, « élections » auxquelles à peine 30% des honduriens ont participé, et un nouveau président conservateur et pro-USA, Porfirio Lobo, pour que la secrétaire d’état Hillary Clinton n’accepte de rouvrir les coffres U.S. pour venir en aide à cette nouvelle dictature militaire en Amérique latine…

Là encore, aucune indignation ne peut être perçue chez notre bien-pensante « presse libre » autoproclamée. Silence radio aussi sur les nouvelles manifestations de plusieurs milliers de personnes qui s’opposent au régime hondurien. Non, nos médias privés préfèrent faire de la publicité pour une trentaine de « pauvres » femmes de mercenaires cubains, qui peuvent défiler dans La Havane en toute sécurité, puisque protégées des centaines de partisans et de partisanes du système socialiste cubain… par la police cubaine! Bonjour la « neutralité journalistique »!

En bref, comme d’habitude, le capitalisme et la soif de pouvoir de l’impérialisme U.S. sont responsables de nombreuses morts et souffrances à travers le monde, mais ne comptez pas sur la presse privée pour vous en alerter, ce n’est pas le mandat que ses maîtres de l’oligarchie lui ont donné.

Pour plus d’informations sur la situation au Honduras, vous pouvez toujours consulter ce lien, quoique datant du début de l’année, pour vous faire une idée. Pour cela, vous n’avez qu’à cliquer ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :