Publié par : quebecsocialiste | 22 mars 2010

Bilan de la manifestation du 20 mars

Pour mon centième billet sur Vision Socialiste, quoi de mieux qu’un bilan sur la grande manifestation du Front commun des syndicats pour le secteur public (CSN-FTQ-SISP) du 20 mars dernier?

Samedi dernier fut une journée magnifique pour le prolétariat québécois. Peu importe les sondages bidons de l’agence QMI (paravent des briseurs de grève de Quebecor), ou les outrages de l’IEDM (organisme de propagande bourgeoise), le fait le plus important reste : 75 000 personnes, qui se réunissent au même endroit pour participer à une manifestation, au Québec, est un évènement aussi rare que symbolique. Durant l’heure du dîner, c’est une véritable marrée humaine qui a déferlé sur les lieux de la manifestation. Autant par les autobus que par le métro, ils n’avaient de cesse de venir, en grands nombres, grossir les rangs de la contestation populaire au mesures de «dégraissage» du gouvernement libéral de Jean Charest. J’étais là, avec le cortège du PCQ, pour supporter cette belle initiative populaire pour sauvegarder nos acquis sociaux devant l’assaut immoral de la bourgeoisie, à travers ses sbires des grands médias privés et des politiciens corrompus de la droite.

Maintenant, Charest, les libéraux et la droite, le savent : s’ils vont de l’avant avec leur projet de «serrer la ceinture» de force aux travailleurs et aux travailleuses du Québec, le risque de grève générale des prolétaires du secteur public sera élevé. Les bourgeois veulent-ils vraiment prendre le risque de «réveiller le Québec qui dort»? En tout cas, au moment où j’écris ces lignes, le gouvernement est prêt à négocier avec les syndicats. «Le fera-t-il sérieusement?» est une autre histoire… Toujours est-il que cette grande manifestation a servit d’avertissement à la bourgeoisie locale, lui rappelant que le prolétariat, même au Québec, a ses limites. Dernièrement, en Grèce, les grèves des travailleurs, en réponse au «plan d’austérité» (dégraissage) du gouvernement, se sont multipliées, paralysant l’état et empêchant les bourgeois de brasser leurs sales affaires.

Le canular de la bombe : le «plan de match» des flics?

Le seul point négatif de cette manifestation aura été la fastidieuse lenteur de son départ. Plus d’une heure d’attente, imposée par la présence d’un «colis suspect» placé bien en vu, près de l’itinéraire prévu pour la marche, qui a donné à la police une bonne excuse pour bloquer la rue. Ce colis était effectivement assez suspect. Comme ils connaissaient à l’avance l’itinéraire de la marche et l’heure de départ des autobus, il aurait été facile pour un «représentant des forces de l’ordre» de placer son leurre au bon endroit et au bon moment, dans le seul but d’entamer la patience des manifestants… La manifestation du Front commun, qui se voulait familiale, bien organisée, civilisée, et surtout, bien plus nombreuse que les forces du SPVM, ne pouvait être abruptement neutralisée par la police, comme c’est si souvent le cas. Mais cela importe peu, puisque la manifestation de samedi dernier a été couronnée d’un grand succès par la mobilisation massive des travailleurs et des travailleuses à cette occasion.

Quelques photos de la manifestation :

Finalement, pour quelques photos de la journée, cliquez ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :