Publié par : quebecsocialiste | 24 octobre 2009

La bourgeoisie à la défense de Bush (et bilan de la manif de Montréal)

Comme vous le savez probablement tous, Bush était de passage à Montréal, jeudi dernier, à l’invitation de notre bourgeoisie « canadian » locale. Il n’est donc pas surprenant de voir les agents de cette bourgeoisie défendre bec et ongle ce criminel de guerre international. Sur le front médiatique, le plus pathétique aura été, comme toujours, Richard Martineau, qui avait cet éclair de génie à faire remarquer sur les manifestants qui s’étaient rassemblés en nombre (parmi lesquels ont pouvait remarquer Armand Vaillancourt et Amir Khadir, de Québec Solidaire, entre autres)  pour faire connaître leur opposition à la venue de cette crapule sur notre territoire, sous la pluie et un froid digne de l’hiver :

 La visite de George W. Bush à Montréal suscite de vives réactions.

Pendant ce temps, Obama envoie 13 000 soldats supplémentaires en Afghanistan sans être embêté.

Pire, il a reçu le Prix Nobel de la Paix!!!!

Nos amis les pacifistes auraient-ils l’indignation sélective?

Serait-il plus difficile de critiquer un Président Noir?

Même en ignorant le fait qu’il fasse référence de manière assez flagrante à la couleur de peau d’Obama pour prouver son point (c’est lui qui aurait du « passer au bat » au dernier bye-bye), ce commentaire paru sur son blogue reste assez débile et relativiste par dessus le marché. Les manifestants auraient-ils dû se rendre à une manifestation anti-Bush avec des pancartes et des slogans anti-Obama pour faire plaisir à la mascotte de Quebecor!? Où serait la logique dans tout ça!?

Bon, pour la forme, j’ai tout de même mis sur la table mes critiques de l’administration Obama jusqu’à maintenant, toujours sur le blogue de Martineau :

J’étais de cette manif, dans le froid, le vent et la pluie… et j’en suis fier. Le Canada a perdu toute sa crédibilité sur le plan international À CAUSE des guerres et du copinage moyen-âgeux entre les conservateurs « canadians » et des « républicains » U.S. qui n’ont de républicain que le nom (je doute que les crackpots aujourd’hui à la tête de ce parti auraient supporté les républicains espagnols contre le fascisme de Franco, qui est finalement resté au pouvoir jusqu’à sa mort en 1980, une véritable honte pour l’occident). La mollesse du gouvernement fédéral, entretenue par la partisanerie crasse de ce gouvernement carrément perdu dans le champs (de pétrole), n’est qu’une raison de plus pour justifier l’indépendance du Québec.

Ceci étant dit, je condamne tout autant Obama pour sa gestion catastrophique du dossier de l’Afghanistan, ainsi que pour son soutien continu à Israël alors même que ce pays croule aujourd’hui sous des preuves de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, dans un rapport signé par un juif en plus, ce qui rend caduque toute tentative de qualifier le rapport Goldstone « d’antisémite ».

Je condamne également l’administration Obama pour les sept bases militaires U.S. supplémentaires installées en Colombie (le pays possédant, de loin, la pire fiche de toute l’Amérique en matière de droits humains), pour son incroyable lenteur à condamner le putsh militaire au Honduras et enfin, pour son absence totale de réaction devant les fraudes massives qui ont menées Ali Bongo, fils du plus ancien dictateur d’Afrique (Omar Bongo), au pouvoir au Gabon.

Quant à son prix Nobel de la « paix » pour 2-3 beaux discours, ça prouve que ce prix n’a plus aucune valeur aujourd’hui. Le seul avantage est que maintenant, il a une patate chaude entre les mains pour ses prochains plans en Afghanistan.

En passant, j’aimerais rappeler que le secrétaire à la défense de Bush, Robert Gates, est le même sous l’administration Obama. Pas de changement de ce côté. 

Lorsque j’ai abordé la question de la perte de valeur du prix Nobel, j’aurais également pu ajouter que : Concernant le prix Nobel de la paix, son obtention par Woodrow Wilson (et son fameux « Red Scare » paranoïaque, qui envoya des milliers de communistes et de syndicalistes en prison pour avoir OSÉ demander assez d’argent pour au moins nourrir leurs familles) (voir le film « Modern times » de Charlie Chaplin) et Shimon Peres (surnommé « le boucher » pour les massacres commis au Liban par son gouvernement) est autant une farce que pour Kissinger (et son implication bien connue dans la guerre du Viet-Nam et le coup d’état de Pinochet au Chili).

Le bilan de la manif :

(Les membres des « forces de l’ordre » de l’oligarchie, pris en flagrant déli de paresse au travail, pendant qu’un criminel de guerre reconnu se faufilait derrière eux… à moins qu’ils ne protègent cet assassin bien-sûr, ce qui constiturait une trahison à leur serment à la population)

Sur le terrain, c’est sans surprise que les hommes et les femmes à matraques du pouvoir ne se sont pas gênés pour nous exposer leurs sales têtes pendant que l’ordure en question faisait tranquillement son discours de va-t’en-guerre minable derrière eux, pissant ainsi sur la mémoire de John Lennon. Il est à noter qu’au début de la manifestation, ils ont « bravement écarté » la « menace » que constituait un groupe de vieilles dames en train de chanter pour la paix, avant d’arrêter, devant la caméra de Radio-Canada (c’est passé en direct à la télévision), un homme parce qu’il discutait avec les policiers au lieu de s’enlever de là. À la fin du rassemblement, alors que nous n’étions qu’une poignée à rester sur place, les policiers se sont mis, sans la moindre raison apparente ou marque d’hostilité de notre part, à nous crier des « MOVE » en frappant leurs bâtons de répression sur leurs boucliers. Ils ont avancé jusqu’à nous pousser de l’autre côté de la rue. En passant les « boys », « Move », c’est un mot anglais… et on est à Montréal ici, la métropole du Québec, donc c’est en français que ça se passe! Avec votre attitude agressive, je crois que les anglophones présents à la manif auraient aussi bien compris le message avec « BOUGE » sortant de vos grandes gueules, assez silencieuses quand on vous faisait remarquer que vous protégiez un assassin (donc un criminel) et que vous trahissiez ainsi le peuple. Trahison!

Au final, j’ai passé une bonne journée dans la métropole, malgré la pluie et le vent, féroce par moments. Étant un éternel amoureux de l’hiver, j’étais bien content de pouvoir admirer la première neige (fondante) de la saison, à l’heure du souper, après mon passage à la bibliothèque nationale. Parlant de neige, je me demande s’il y en aura assez pour faire des boules lorsque le prince Charles se pointera en novembre…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :