Publié par : quebecsocialiste | 19 juillet 2009

Un autre accroc à la liberté signé Jason Kenney

Après avoir mis le Canada dans l’embarras en mars dernier avec sa tentative ridicule de censure à l’endroit du député britannique élu George Galloway (accusé par le gouvernement conservateur de « terrorisme » pour avoir apporté de l’aide humanitaire au peuple assiégé de Gaza et pour être un critique constant de l’occupation occidentale de l’Afghanistan), Jason Kenney, le ministre canadien de l’immigration, de la citoyenneté et du multiculturalisme, a récidivé! Après s’être attaquer directement à la liberté d’expression dans l’affaire Galloway, son ministère a décidé d’imposer sans avertissement des visas à tous les ressortissants mexicains et tchèques, deux pays d’où fusent les demandes d’asile, sous prétexte d’un éventuel « problème d’engorgement », un problème dont seule l’extrême lenteur de la bureaucratie de son ministère peut être tenue responsable. En effet, il semblerait que pour cet allié inconditionnel des extrémistes sionistes de tout acabit (comme ceux qui vandalisent des librairies de gauche en France), punir des étrangers oppressés cherchant refuge est la seule façon de régler un problème interne de bureaucratie. Il est bien-sûr question ici de l’excuse fournie par monsieur Kenney aux médias et qui consisterait à « mettre l’accent sur les vrais réfugiés », c’est-à-dire ceux provenant de camps de réfugiés ou de « régimes totalitaires », un terme dont la définition peut facilement varier lorsque c’est un conservateur qui l’utilise. Cette action pose plusieurs conséquences importantes, aussi bien morales que diplomatiques ou économiques.

Tout d’abord, il est important de souligner que selon l’argumentaire de monsieur Kenney, il ne peut y avoir de réfugiés en provenance de « diplomaties occidentales ». Cette affirmation ne tient que d’un sectarisme crasse qui ignore volontairement la souffrance, en République Tchèque par exemple, du peuple rom, également connus sous le nom de « Tziganes » et autrefois « gitans ». En République Tchèque (comme un peu partout en Europe de l’Est), les roms sont systématiquement persécutés et gardés en marges de la société. Ce phénomène ne date pas d’hier, puisque durant la 2e Guerre Mondiale, les Tziganes figuraient sur la liste des ethnies persécutées par le 3e Reich. Selon les statistiques, environ 220 000 Tziganes furent sauvagement assassinés par les nazis sans qu’aucune compensation ne leur soit versée. Ils sont aujourd’hui la cible de groupes néo-nazis qui ont infesté l’Europe de l’Est et dans des pays comme la République Tchèque, la Slovaquie, la Slovénie et les pays baltes, ils sont même la cible de discrimination par les autorités elles-même! Dans le cas qui nous concerne ici, soit la République Tchèque, l’état européen ayant, de loin, la pire fiche de toute l’Europe en matière de droits humains, beaucoup de femmes roms ont été stérilisées contre leur gré dans les hôpitaux afin de « limiter leur croissance » et les enfants roms sont presque toujours placés dans des classes pour déficients mentales dans les écoles! C’est toute une « démocratie » qui nous est présentée par Jason Kenney! Les roms ne peuvent pas non plus s’installer en Europe de l’Ouest, puisque là aussi, une tendance généraliste les identifie comme une source de « troubles » et de criminalité. C’est donc par défaut que ces gens choisissent le Canada et sa réputation (maintenant lourdement entachée) de terre d’accueil pour venir s’installer en paix. C’était du moins le cas jusqu’à la semaine dernière… Les roms, « pas des vrais réfugiés », monsieur Kenney? Cette opinion n’est visiblement pas partagée par le Conseil canadien des réfugiés (CCR), qui a déclaré qu’il s’agissait d’un jour triste pour les réfugiés. Le Conseil soutient qu’avec un taux d’acceptation de 40 % des demandes de statut de réfugié en provenance de République tchèque en 2009, il est clair que plusieurs de ces demandes sont justifiées. Pour ce qui est du Mexique, la brutalité des « forces de l’ordre » envers les classes populaires n’est plus à démontrer dans plusieurs provinces, dont celle d’Oaxaca, où une insurrection populaire a été réprimée dans le sang par l’armée en 2006. Il est donc normal que des réfugiés politiques émanent de ce pays.

Ensuite, au niveau diplomatique, la décision du ministre Kenney est un désastre. Non seulement la République Tchèque a-t-elle d’emblée répliquer au gouvernement canadien avec des mesures similaires, mais elle demande maintenant à l’Europe (27 états) de faire de même, une action que la présente présidence tournante de l’Europe, la Suède, supporte sans problème. Imaginez un instant tous les problèmes que cette réplique apportera aux voyageurs canadiens: Il faudra un visa différent (avec toute la paperasse que cela demande) pour chaque pays européen! Encore une bien mauvaise nouvelle pour nos artistes… La diplomatie canadienne, seule et sous financée à cause des coupes du gouvernement Harper, ne pourra rien faire si jamais une telle mesure devait voir le jour en Europe. Tout cela à cause du laxisme d’un ministre qui rejette la faute aux autres pour un problème de bureaucratie interne qu’il ne saurait gérer adéquatement!

Enfin, en plus d’être moralement plus que douteuse et diplomatiquement très maladroite, la mesure du gouvernement Harper promet de coûter cher à notre économie déjà fragilisée à cause de la crise mondiale du capitalisme. Qu’adviendra-t-il de notre industrie touristique? Les voyageurs mexicains et tchèques vont probablement aller voir ailleurs… En pleine crise et alors que nous prolétaires, devons nous « serrer la ceinture », cette (très mauvaise) décision du gouvernement conservateur, qui ne s’est visiblement pas soucié des conséquences possibles à ses actes, est tout simplement inadmissible!

En résumé, se pourrait-il que tout ceci ne soit qu’une autre mesure de « loi et ordre » du gouvernement conservateur pour faire plaisir à son noyau dur xénophobe? Ce gouvernement est une menace pour la liberté et les intérêts des classes populaires de par ses décisions irresponsables. Vivement la fin de son règne malsain! Vivement l’indépendance du Québec face à cet état fédéral en crise qui ne cesse de sombrer dans le marasme idéologique de l’extrême droite conservatrice, alors que la porte de sortie est vers l’avant, vers le socialisme!

Publicités

Responses

  1. […] Le Canada boycottera la conférence sur le racisme Durban III que l’ONU doit organiser en septembre 2011, a annoncé jeudi le ministre canadien de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme Jason Kenney. […]


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :