Publié par : quebecsocialiste | 13 juillet 2009

La répression politique au Honduras fait son chemin…

Beaucoup d’information circule en ce moment sur les médias libres à propos de la situation au Honduras. Les gens en quête d’information crédible n’ont pas le choix d’aller fouiller sur internet, puisque la couverture des événements par les mass médias, pourtant près à nous relayer en boucle tout ce qu’ils trouvaient qui pouvait ressembler à de l’information (souvent non vérifiable) sur les derniers troubles en Iran, est littéralement médiocre dans le cas du Honduras. Bien entendu, la couverture de Radio-Canada a été « correcte », pour ne pas dire presque trop neutre (il y a quand même des gens qui meurent là-bas), mais le prix de la pire couverture médiatique de la situation va une fois de plus à TVA/LCN, qui est allé jusqu’au Honduras afin de receuillir… la version d’une certaine Brenie Matute, porte-parole du gouvernement putshiste, qui se trouve être une ancienne ambassadrice du Honduras au Canada parlant français. Vous avez bien lu: LCN nous a livré rien de moins que la version officielle des putshistes, sans que personne, aucun autre intervenant, ne vienne ensuite remettre en question les informations fantaisistes de Brenie Matute, qui parle d’un « soutien populaire écrasant » en faveur du coup d’état. Sur la chaîne de propagande néo-conservatrice U.S. FAUX NEWS, on parle même d’un support de 96% de la population hondurienne aux militaires fascistes instigateurs du coup d’état. Tout simplement ridicule. Après ça, ils viennent se plaindre des 99,9% totalitaires « recueillis » par certains dictateurs à l’autre bout du monde… C’est tout de même étrange que la « révolution twitter » annoncée en grande pompe par les médias lors de la crise au Honduras se voit soudainement imposer un silence de moine… Les mass médias en ont déjà eu assez et ils ont décider de reléguer le peuple hondurien, qui a en ce moment besoin de toutes les âmes libres de ce monde pour résister pacifiquement à la répression politique des putshistes, aux oubliettes, préférant se serrer frénétiquement devant leurs écrans à suivre les aventures de Julie Payette dans l’espace. Heureusement, il y a des médias alternatifs pour continuer de nous fournir de l’information dont nous avons tous bien besoin afin de pouvoir continuer notre défense internationaliste des droits du peuple hondurien, arguments à l’appui.

Voici un court article du Granma datant du 4 juillet dernier. Il nous informe sur les attaques des militaires contre les journalistes ouvertement opposés au coup d’état:

 Un journaliste a été assassiné et un autre blessé par des militaires au Honduras

• C’est ce qu’a confirmé Andrés Pavon, par téléphone, à YVKE Mundial. Le journaliste assassiné est Gabriel Ciro Noriega, de la commune de San Juan Pueblo

Luigino Bracci et Patricia Rivas

 

 Gabriel Ciro Noriega, journaliste de la commune de San Juan Pueblo, a été assassiné dans la nuit de vendredi, alors qu’il quittait les studios de la télévision, informe Andrés Pavon Murillo, président du Comité de défense des droits de l’homme au Honduras.

 

Il indique en outre que la station de Radio Sonaguera, dans la commune de Solaya, département de Colon, a été mitraillée par des militaires. Un journaliste du nom de Montero a été grièvement blessé par balle. Ila été transporté à l’hôpital où des militaires se sont précipités, apparemment pour l’achever, mais il a pu être évacué en lieu sûr à temps. On ignore à cette heure dans quel état de santé il se trouve.

Pavon a aussi fait le bilan de la situation des droits de l’homme dans ce pays depuis que le président Manuel Zelaya a été renversé, le 28 juin dernier : plus de 400 personnes ont été arrêtées ; certaines ont été relâchées et d’autres accusées de sédition et de vandalisme.

Le putsch a déjà fait cinq morts, dont le journaliste, un syndicaliste renversé par un véhicule militaire dimanche dernier et une personne ayant subi une crise cardiaque après avoir respiré des gaz lacrymogènes. Deux corps ont été portés à la morgue, avec des marques de contusions : l’une des victimes a été exécutée, puis abandonnée dans un tonneau ; son corps porte des marques de lésions sévères, mais pas occasionnées par des balles ; l’autre a été laissée, selon des témoins, par une patrouille de police au lieudit La Montañita, et son corps présente le même genre de lésions.

Pavon indique que les civils putschistes contrôlent Tegucigalpa, San Pedro Sula et La Ceiba, mais que le reste du pays est exclusivement sous le contrôle de militaires qui ont usurpé les fonctions des maires et des juges et prennent les décisions sur le tas. « Ils contrôlent toutes les régions rurales où ils recrutent des jeunes » pour les forcer à faire leur service militaire, violant ainsi une loi en vigueur au Honduras.

Source

Enfin, j’aimerais également vous diriger vers cette courte analyse de la propagande occidentale, par Michel Collon:

Notre fil rouge pour décoder l’info: Les 5 règles de la propagande de guerre

 

A chaque guerre, coup d’Etat ou agression menée par l’Occident, les grands médias appliquent ces cinq « règles de la propagande de guerre ». Employez vous-même cette grille de lecture lors des prochains conflits, vous serez frappé de les retrouver à chaque fois : 1. Cacher l’Histoire. 2. Cacher les intérêts économiques. 3. Diaboliser l’adversaire. 4. Blanchir nos gouvernements et leurs protégés. 5. Monopoliser l’info, exclure le vrai débat.

Application au cas du Honduras, juillet 2009…

1. Cacher l’Histoire. Le Honduras est l’exemple parfait de la « république bananière » aux mains des USA. Dépendance et pillage colonial ont provoqué un énorme fossé riches-pauvres. 77% de pauvres selon l’ONU. L’armée hondurienne a été formée et encadrée – jusque dans les pires crimes – par le Pentagone. L’ambassadeur US John Negroponte (1981-1985) était surnommé « le vice-roi du Honduras ».

2.  Cacher les intérêts économiques. Aujourd’hui, les multinationales US (banane Chiquita, café, pétrole, pharmacie…) veulent empêcher ce pays de conquérir son indépendance économique et politique. L’Amérique du Sud s’unit et vire à gauche, et Washington veut empêcher l’Amérique centrale de suivre la même voie.

3. Diaboliser l’adversaire. Les médias ont accusé le président Zelaya de vouloir se faire réélire pour préparer une dictature. Silence sur ses projets sociaux : augmentation du salaire minimum, lutte contre l’hyperexploitation dans les usines-bagnes des firmes US, diminution du prix des médicaments, aide aux paysans opprimés. Silence sur son refus de couvrir les actes terroristes made in CIA. Silence sur l’impressionnante résistance populaire.

4. Blanchir nos gouvernements et leurs protégés. On cache le financement du putsch par la CIA. On a présenté Obama comme neutre alors qu’il refusait de rencontrer et de soutenir le président Zelaya. S’il avait appliqué la loi et supprimé l’aide US au Honduras, le coup d’Etat aurait été vite arrêté. Le Monde et la plupart des médias ont blanchi la dictature militaire en parlant de « conflit entre pouvoirs ». Les images de répression sanglante ne sont pas montrées au public. Bref, un contraste frappant entre la diabolisation de l’Iran et la discrétion sur le coup d’Etat hondurien « made in CIA ».

5. Monopoliser l’info, exclure le vrai débat. La parole est réservée aux sources et experts « acceptables » pour le système. Toute analyse critique sur l’info est censurée. Ainsi, nos médias empêchent un vrai débat sur le rôle des multinationales, des USA et de l’UE dans le sous-développement de l’Amérique latine. Au Honduras, les manifestants crient « TeleSur ! TeleSur ! » pour saluer la seule télé qui les informe correctement.

Source

Publicités

Responses

  1. Finalement, oubliez les « aventures palpitantes » de Julie Payette dans l’espace. La navette n’a pas encore décollé, pour cause d’orage. Quelle grande déception pour l’univers tout entier… 😛

    Ils vont sans doute se rabattre sur la météo « hors de l’ordinaire » au Québec maintenant… (soupir)… Pourquoi ne se passe-t-il jamais rien d’intéressant (niveau politique) au Québec durant l’été. Je sais que l’assemblée Nationale est fermée pendant la période estivale, mais ce n’est pas une raison suffisante pour justifier pareille morosité.


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :